Melissa présente sa cousine, Prilissa

Cloud

Une nouvelle variante du célèbre virus aurait sévi dans plusieurs entreprises.

Fidèles à leur habitude, les éditeurs de logiciels anti-virus ont lancé une nouvelle alerte concernant l’arrivée d’une variante de Melissa, connue sous le nom Prilissa. Laquelle aurait déjà frappée la semaine dernière plusieurs entreprises, dont les noms n’ont pas été communiqués.

Le virus s’appelle Prilissa car il s’agit d’un croisement entre Melissa, qui a touché des milliers de PC en mars dernier, et un autre virus nommé PRI. Pour Graham Cluley, consultant chez l’éditeur britannique Sophos, la cousine en question ne devrait pas être aussi prolifique. Les coups de fil d’entreprises touchées seraient en effet plus rares qu’au printemps. “Cela dit, il est tout de même déconcertant qu’après Melissa, les gens restent assez stupides pour ouvrir des fichiers attachés avec toutes sortes de messages. C’est assez déprimant -sans doute les entreprises devraient mettre au point des procédures pour leurs employés. L’éducation de l’utilisateur est vraiment un problème”, constate Graham Cluley.

Tout comme Melissa, Prilissa infecte des documents de Microsoft Word 97 et se répand en s’autodiffusant sous la forme de fichier attaché avec la messagerie Outlook. Les destinataires des courriers électroniques contaminés sont les cinquante premiers contacts rangés dans l’agenda du logiciel. Un principe simple, mais qui avait saturé les serveurs de messageries de plusieurs grandes entreprises (Microsoft ou IBM) sur plusieurs continents (voir édition du 30 mars 1999).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur