Mémoire flash : Toshiba resserre l’étau sur SK Hynix

JuridiqueRégulations
toshiba-justice-sk-hynix

Environ 800 millions d’euros. C’est la somme que Toshiba réclame à son concurrent sud-coréen SK Hynix pour s’être approprié des secrets industriels relatifs à des technologies de mémoire flash NAND.

Le Sud-Coréen SK Hynix a officiellement pris acte de la plainte au civil déposée à son encontre par le Japonais Toshiba.

Dans un document communiqué le 21 juillet 2014 à un tribunal de district de Tokyo, le plaignant réclame des dommages-intérêts à hauteur de 109,15 milliards de yens, soit environ 800 millions d’euros. Au coeur du débat, le vol présumé de secrets industriels et commerciaux par le dénommé Yoshitaka Sugita.

Interpellé en mars dernier, cet ingénieur est soupçonné d’avoir contrevenu à l’acte de prévention de concurrence déloyale en vigueur au Japon. Il aurait en l’occurrence livré illégalement à SK Hynix des données confidentielles relatives au partenariat en place depuis l’an 2000 entre son ancien employeur SanDisk et le groupe Toshiba.

Les éléments de propriété intellectuelle exfiltrés par ses soins entre 2007 et 2008 dans l’usine de Yokkaichi (province de Mie, sud-est du pays) engloberaient un large portefeuille de technologies flash NAND encore exploitées à l’heure actuelle. Certains des brevets mis en jeu ont soumis aux autorités régulatrices à la fin des années 1980.

Toshiba exige que SK Hynix détruise sans délai toutes les informations en question et cesse la production des puces NAND qui exploitent la technologie incriminée. Une position conforme à celle adoptée en mars lors du dépôt de la plainte – dont le défendeur vient seulement d’être officiellement notifié, selon Reuters.

SK Hynix assure explorer toutes les pistes pour faire annuler cette action en justice. Toshiba précise pour sa part que dans l’état actuel, cette affaire “n’affectera pas le développement conjoint d’une puce de nouvelle génération avec SK Hynix“. Lequel devra se défendre sur un autre front en parallèle : SanDisk a en effet lancé un recours similaire auprès du Tribunal supérieur de Californie, sans toutefois préciser le montant de la compensation financière recherchée par ses soins.

Déjà poursuivi en 2004 par le même tandem Toshiba-Sandisk pour infraction présumée au droit des brevets (le dossier avait été soldé en 2007 par un accord de licences croisées), SK Hynix cède 0,59% en clôture ce 21 juillet à la Bourse de Séoul. En cours de séance sur le NASDAQ, l’action SanDisk (SNDK) cote à 93,55 dollars (-1,03%). Celle de Toshiba est stable, à 4,65 dollars.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : quelles sont vos connaissances à propos d’Intel ?

Crédit photo : bluefish – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur