Messagerie instantanée sur mobile : un marché disparate

MobilitéOS mobilesRégulations
messagerie-instantanee-marche

WhatsApp au Brésil, Facebook Messenger aux États-Unis, WeChat en Chine… La dernière étude menée par le cabinet On Device conclut à de fortes disparités dans l’adoption des solutions de messagerie instantanée sur mobile.

Ascension fulgurante de WhatsApp aux dépens de Facebook Messenger, montée en puissance de Line sur le continent asiatique malgré le particularisme chinois : le paysage mondial de la messagerie instantanée sur mobile connaît une évolution disparate, malgré les efforts de localisation consentis par les éditeurs.

Telles sont les principales conclusions de l’étude menée par le cabinet On Device auprès de 3759 mobinautes utilisateurs de Google Android et Apple iOS.

Cette enquête, dont le périmètre s’est étendu à cinq pays (États-Unis, Brésil, Afrique du Sud, Indonésie et Chine), dénote plus globalement un essor sans précédent des services de messagerie instantanée sur mobile à l’échelle de la planète.

WhatsApp, qui revendique désormais plus de 300 millions d’utilisateurs, se distingue au Brésil, où 72% des mobinautes interrogés l’ont installé sur leur terminal, contre 49% pour Facebook Messenger.

La proportion est comparable en Afrique du Sud (68% contre 47% pour le réseau social de Mark Zuckerberg).

Mais cette domination reste fragile et ne se vérifie pas à travers l’ensemble des catégories d’âge.

Illustration aux États-Unis, où WhatsApp, quoique en forte progression depuis quelques mois, reste moins adopté que Facebook Messenger, notamment chez les utilisateurs âgés de 45 ans ou plus.

La situation est d’autant plus complexe outre-Atlantique qu’un quart des répondants déclarent utiliser à la fois l’une et l’autre des deux applications.

En revanche, sur l’ensemble des cinq marchés scrutés, les mobinautes se révèlent plus fidèles à WhatsApp : 44% s’en servent au moins une fois par semaine. Seuls 35% font de même avec Facebook Messenger.

La Chine s’impose comme un cas particulier, avec la prédominance de solutions ‘maison’ : WeChat (93%) et Sina Weibo (46%) devancent Skype, recensé sur à peine 6% des smartphones sondés.

monde-messagerie-instantanee

En toile de fond, une application développée par des Japonais – et aujourd’hui exploitée par le groupe Web sud-coréen Naver – se signale, tout particulièrement en Indonésie.

Il s’agit de Line, déclinée en 14 langues dont le français, et qui a la particularité d’associer au chat écrit de petits jeux vidéo ainsi qu’un système de partage de photographies.

Le dynamisme de la messagerie instantanée se fait également ressentir dans l’adoption précoce de BlackBerry Messenger (BBM), débarqué sur iOS et Android fin octobre, mais qui a déjà séduit 34% des mobinautes sud-africains et 37% de leurs homologues indonésiens.

Sur l’ensemble des cinq marchés étudiés, BBM se place au 5e rang, utilisé à fréquence hebdomadaire par 17% des répondants (à comparer aux 19% de Twitter et aux 16% de Skype).

Cette percée traduit surtout une présence historique sur des marchés comme l’Afrique du Sud et l’Indonésie.

La stratégie de BlackBerry a d’ailleurs évolué en conséquence : plusieurs opérateurs télécoms implantés dans ces zones géographiques vont commercialiser, à partir du mois prochain, des terminaux Android livrés de série avec BBM.

L’étude d’On Device évoque aussi le cas de SnapChat, ce service de partage de messages ‘éphémères’ qui disparaissent une à dix secondes après leur ouverture.

La jeune pousse qui en est à l’origine aurait récemment refusé une offre de rachat à 3 milliards de dollars déposée par Facebook.

Elle revendique 400 millions de messages échangés chaque jour, mais ne communique pas en termes de fréquentation. Selon On Device, le public le plus réceptif est constitué des 16-24 ans, qui sont, aux États-Unis, 20% à utiliser l’application.

messagerie-instantanee-mobile

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : d’ICQ à Skype, avez-vous suivi l’évolution de la messagerie instantanée ?

Crédit illustration : Julien Tromeur – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur