Messagerie : Qualcomm remet Eudora entre les mains de la Fondation Mozilla

Cloud

La solution Eudora va passer en version libre en 2007. Elle s’appuiera
désormais sur les technologies déployées dans Thunderbird.

Qualcomm et la Fondation Mozilla viennent d’annoncer un partenariat de développement. Qualcomm va s’appuyer sur Thunderbird pour refondre son client de messagerie Eudora. Attendue dans le courant du premier semestre 2007, la nouvelle version d’Eudora sera gratuite et open source. Qualcomm cessera alors la commercialisation de ses versions payantes dont les dernières en date (7.1 pour Windows et 6.2.4 pour Mac OS X) sont proposées au prix réduit de 20 dollars depuis le 11 octobre 2006.

Pour Qualcomm, l’accord passé avec l’éditeur de Firefox est un bon compromis pour trouver une porte de sortie à un produit qui détonnait dans la gamme de services de la compagnie basée à San Diego en Californie. Celle-ci concentre désormais ses activités autour des produits de téléphonie sans fil, particulièrement sur la norme CDMA (code division multiple acces) exploitée par nombre d’opérateurs mobiles, notamment en Amérique du nord. Délivrer une version libre de son application lui permet de réduire les frais de développement et de support tout en assurant l’accompagnement de ses clients.

En basant ses nouveaux développements sur les technologies Thunderbird, Qualcomm va s’appuyer sur un code multi-plateforme (Windows, Mac OS, Linux…) et bénéficier de la participation des nombreux développeurs open source de la Fondation.

Mozilla va profiter des millions de clients Eudora

Cette migration technologique est suivie par le programme Penelope auquel sont dévolus six développeurs de Qualcomm dont Steve Dorner, l’auteur original d’Eudora pour Mac, et Jeff Beckley, co-auteur sur la version Windows. Le calendrier des développements prévoit trois versions : 0,1, 0,5 et 1.0. Cette dernière sera considérée comme le substitut open source le mieux appro prié pour les utilisateurs d’Eudora.

De son côté, la Fondation Mozilla profitera de l’accord pour enrichir sa base d’utilisateurs des millions de clients d’Eudora (bien que le passage à la version libre du client de messagerie n’a rien d’obligatoire). De plus, Thunderbird pourrait à son tour tirer parti des développements réalisés pour Eudora. Malgré ces échanges de bénéfices technologiques communs, les deux outils de messageries n’en conservent pas moins leur indépendance l’un de l’autre.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur