Michel Sapin : l’Administration électronique pour 2005

Cloud
Information - news

A l’occasion de la 22e Université d’été à Hourtin, le ministre de la Fonction publique, Michel Sapin, a donné sa vision de l’Administration du futur. Elle sera électronique et reliée à Internet afin de simplifier les démarches des citoyens. Pour surmonter les obstacles techniques et humains, une agence dédiée à ces questions a été créée. Un plan qui s’appuie sur le récent rapport Carcenac.

“D’ici 2005, l’ensemble des services publics seront devenus des téléservices publics.” Cette promesse qui met Internet “au coeur du fonctionnement public, au coeur de la démocratie”, a été lancée par Michel Sapin, le ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat, à la 22e Université de la communication d’Hourtin (Gironde). Après l’entrée de la France dans la société de l’information décrétée par Lionel Jospin en 1997 à cette même Université, Michel Sapin donne à sa manière le coup d’envoi de la “deuxième étape de l’Administration électronique”. A terme, le citoyen pourra, à partir d’un terminal Internet, inscrire ses enfants à l’école, échelonner les prélèvement de ses impôts, prendre un rendez-vous avec la Caisse d’allocations familiales et profiter de bien d’autres services. Cette mise en réseau des services ne doit cependant pas creuser la fracture numérique dans l’Administration. “Il ne faut pas qu’il y ait une Administration de première classe sur la Toile et de seconde classe aux guichets”, a précisé le ministre en s’engageant à “ne jamais oublier d’améliorer le service public classique”. Selon lui, les fonctionnaires apprécieront de ne plus avoir à “gérer des files d’attentes qui s’allongent”.

Pour atteindre cet objectif ambitieux, Michel Sapin s’appuie sur le rapport Carcenac (voir édition du 20 avril 2001) qui préconisait la nomination d’un “chef d’orchestre” dédié aux choix des technologies et chargé de coordonner les différents ministères. Ce sera ATICA. L’Agence pour les technologies de l’information et de la communication dans l’Administration gèrera les questions techniques (choix des applications, de l’architecture réseau, etc.) et humaines (formation du personnel notamment). L’ATICA devrait remplacer la Mission interministérielle pour les technologies de l’information et de la communication (MTIC). Une campagne de communication et un débat en ligne, en direction du grand public comme des fonctionnaires, verront prochainement le jour. Quant aux détails du plan présenté par le ministre, ils devraient être le sujet principal du Comité interministériel sur la société de l’information qui se tiendra le 10 octobre prochain.

Des “téléservices” sur le site de l’Administration

Enfin, Michel Sapin en a profité pour “inaugurer” officiellement un nouvel espace de “téléservices” accessibles à partir de Service-public.fr, le portail électronique de l’Administration. Parmi ces services (déjà en fonction dans les faits), la possibilité d’effectuer une demande d’extrait de casier judiciaire, le paiement de l’impôt ou la demande de logement pour les étudiants. La queue au guichet serait-elle une tradition française en voie de disparition ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur