Microsoft : le procès, Passport, Windows XP…

Mobilité

Microsoft vient de livrer ce mardi 14 août la toute dernière version bêta de Windows XP. Le même jour, la firme de Bill Gates rendait un document plaidant une nouvelle fois pour une suspension de la procédure judiciaire en attendant la réponse de la Cour suprême. Parallèlement, les associations de défense de la vie privée complètent leur plainte contre XP et Passport.

On ne chôme pas chez Microsoft en ce moment. L’éditeur cherche à tout prix à sortir Windows XP à la date prévue malgré les menaces qui pèsent sur son nouveau système d’exploitation. Officiellement programmé pour le 25 octobre prochain, Windows XP sera très vraisemblablement installé sur les nouveaux PC des constructeurs près d’un mois plus tôt (voir l’encadré dans l’article du 8 août 2001). L’arrivée de la dernière version bêta (build 2542) du système d’exploitation tend à le confirmer. Microsoft vient de la livrer aux testeurs ce mardi 14 août, en précisant bien dans un e-mail que “cette version n’est pas la RTM. Quoi qu’il en soit, nous sommes très proches [de la livrer]. La RTM, pour Release to manufacturing, est la version fournie aux fabricants de PC et intégrateurs qui l’installeront sur leurs machines. Cette dernière pourrait leur être confiée dès le 22 août, permettant ainsi la sortie des premières machines équipées dès le 24 septembre.

Microsoft espère bien que la justice ne viendra pas l’en empêcher. Car même si la probabilité qu’une action aboutisse reste faible, elle existe. Ainsi la cour d’appel doit toujours renvoyer Microsoft devant un juge de première instance, mais la firme de Bill Gates a fait appel devant la Cour suprême (voir édition du 8 août 2001). Elle demande que le procès soit suspendu d’ici la réponse de la plus haute instance juridique américaine… dont les activités ne reprennent qu’en octobre. Le gouvernement américain s’y est opposé dans un document exposant ses arguments, demandant que la justice agisse rapidement “dans l’intérêt public” (voir édition du 13 août 2001). Ce 14 août, Microsoft rétorquait dans une nouvelle requête (disponible sur son site) en estimant en particulier qu’“aucun des arguments avancés par les plaignants n’ébranle la position de Microsoft selon laquelle ce tribunal devrait ordonner une suspension”. Le document affirme qu’“ordonner une suspension servirait l’intérêt public”, contredisant totalement la vision du gouvernement. “Les plaignants ne démontrent pas qu’ils subiraient des dommages si le tribunal accorde la suspension demandée”, peut-on lire, et un peu plus bas : “Si la Cour suprême décide de ne pas considérer la question posée dans la requête de Microsoft, la suspension ne devrait pas durer plus de six semaines”, soit jusqu’à début octobre. “Peu de choses vont arriver durant cette courte période”, estime Microsoft, qui oublie un petit détail : d’ici début octobre, Windows XP devrait déjà être commercialisé, au moins sur les PC des fabricants.

Les associations complètent leur plainte

Les défenseurs de la vie privée et militants du respect des données personnelles font partie de ceux qui cherchent à obtenir une injonction contre la sortie de Windows XP. Fin juillet, douze associations remettaient à la Federal communications commission(FCC) une plainte contre Microsoft portant en particulier sur le service d’identification en ligne Passport (voir édition du 26 juillet 2001). Peu de temps après, Microsoft annonçait avoir revu certaines disposition du service relatives à la protection des données personnelles, tout en assurant que cela n’avait rien à voir avec la plainte déposée auprès de la FCC (voir édition du 14 août 2001). Les associations en question, parmi lesquelles l’Electronic privacy information center (Epic), Junkbusters ou encore la Privacy foundation, en remettent une couche cette semaine en complétant leur première plainte. Par ailleurs, une nouvelle signature s’ajoute aux leurs : celle de l’ancien candidat à la Maison Blanche Ralph Nader et de son association, le Consumer project on technology.

Le nouveau document (disponible au format PDF sur le site de l’Epic) démonte point par point la défense de Microsoft, à grands renforts de captures d’écran. Ainsi, d’après eux, contrairement à ce que l’éditeur de Redmond a indiqué, il serait toujours nécessaire de fournir adresse, pays, ville et code postal, en plus d’une adresse e-mail et d’un mot de passe pour se créer un nouveau compte Passport. De même, le support du P3P est remis en cause : “Le P3P est un langage complexe et confus”, estime le document, qui fait référence à un rapport de l’Epic daté de juin 2000 intitulé “Pretty Poor Privacy : An Assessment of P3P and Internet Privacy”. Parmi les autres points soulignés par la plainte : l’absence de procédure de résiliation ou la sécurité de Passport. Le document affirme également que le service pour les enfants ne serait pas en conformité avec la loi américaine protégeant les mineurs sur Internet. En conséquence, les auteurs de la plainte demandent l’ouverture d’une enquête sur les pratiques de Microsoft liées à Passport et aux services associés ; ils exigent aussi notamment que l’éditeur revoie ses procédures d’enregistrement de XP, “afin que les acheteurs de Windows XP soient clairement informés qu’ils n’ont pas besoin de se créer un compte Passport pour avoir accès à Internet”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur