Microsoft aurait de sérieuses vues sur Adobe

Cloud

Le mariage Microsoft-Adobe pourrait être bientôt célébré… Selon le NY Times, Microsoft pourrait racheter Adobe. Une rencontre au sommet a déjà réuni les deux dirigeants. Un bon moyen de contrer Apple ?

La rumeur du jour est explosive. Selon Nick Bilton, journaliste au New York Times, Steve Ballmer, CEO de Microsoft, a rencontré Shantanu Narayen, CEO d’Adobe, dans les locaux de la compagnie à San Jose (Californie). L’article de Nick Bilton est accessible ici.

Selon Silicon.fr, les deux patrons auraient discuté de divers sujets, le plus important étant de savoir comment les deux éditeurs pourraient collaborer afin de contrer Apple dans le secteur de la téléphonie mobile. L’acquisition d’Adobe par Microsoft ferait partie des options envisagées. Voilà évidemment qui serait explosif, les deux compagnies proposant des plates-formes RIA (Rich Internet Applications) très avancées.

La technologie Flash d’Adobe est aujourd’hui disponible (ou en passe de le devenir) sur de très nombreuses plates-formes mobiles. Microsoft Silverlight se veut pour sa part plus sophistiqué, l’ouverture ne se faisant toutefois qu’au travers de projets communautaires, comme Mono et Moonlight.

Si le marché a réagi positivement à cette rumeur – les actions des deux firmes étant en hausse -, tout n’est pas rose. La fusion de ces deux géants pourrait en effet chagriner les instances chargées de surveiller le marché et d’éviter l’apparition de positions monopolistiques. Toutefois, vu le poids actuel de certains acteurs, comme Oracle, Google ou Apple, une telle opération pourrait être rendue possible.

D’un autre côté, placer Flash et Silverlight dans les mains d’une seule compagnie pourrait donner un coup de frein à l’innovation… faute d’une concurrence sérieuse sur le marché des RIA. Dans ce secteur, les utilisateurs profitent aujourd’hui de la surenchère technologique constatée entre les deux plates-formes. Et ce n’est certes pas JavaFX qui pourra reprendre ce rôle.

Enfin, il y a un point que Nick Bilton n’a pas relevé. La réunion entre les deux CEO pouvait avoir un autre but, moins excitant, mais aussi bien plus logique.

Microsoft va prochainement dévoiler sa plate-forme mobile Windows Phone 7. Rappelons que seuls les programmes .NET peuvent fonctionner sur cette dernière, empêchant ainsi le portage ‘direct’ de certains logiciels, comme Firefox… ou Flash. Or, Adobe a su prouver qu’elle pouvait créer des solutions alternatives, tel l’outil permettant de transformer les applications Flash en logiciels natifs pour l’iPhone.

Ce véritable compilateur, employant LLVM, s’adapte ainsi aux exigences d’Apple. Il est donc probable que Microsoft soit tout simplement venu demander poliment à Adobe de développer une version .NET (ou native ?) de son lecteur Flash et de son environnement d’exécution AIR, ce qui permettrait de mettre de nouveaux atouts du côté de Windows Phone 7.

Seul l’avenir nous dira quelles décisions ont été prises lors de cette réunion. Des annonces pourraient être formalisées lors de l’Adobe Max 2010 de Los Angeles, qui débutera dans quelques semaines.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur