Microsoft viendrait chahuter les Chromebooks à l’école avec Windows 10 Cloud

PCPoste de travailSystèmes d'exploitation
microsoft-cloudbook

Le prochain événement hardware de Microsoft pourrait donner lieu à l’officialisation d’un PC voué à concurrencer les Chromebooks dans le secteur éducatif.

L’événement hardware que Microsoft organisera le 2 mai prochain à New York marquera-t-il le lancement d’une grande offensive dans le secteur de l’éducation, avec les Chromebooks en ligne de mire ?

Windows Central répond par l’affirmative. La gamme Surface pourrait être élargie à cette occasion, avec un appareil qui serait baptisé « CloudBook ».

Il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’un terminal hybride qui succéderait à la Surface 3, mais on s’orienterait plutôt vers un PC au clavier non détachable, équipé de Windows 10 Cloud.

Malgré son nom, cette version du système d’exploitation ne fonctionnerait pas tout à fait sur le même principe que Chrome OS. La principale différence par rapport à Windows 10 concernerait l’installation d’applications, qui ne serait réalisable que depuis le Windows Store*, gage de sécurité.

Dans ce cadre, les différentes composantes de la suite Office 2016 seraient intégrées sur le Windows Store. Quant aux partenaires OEM, ils accéderaient gratuitement à Windows 10 Cloud, comme ce fut le cas pour Windows 8.1 avec Bing (moyennant le préchargement par défaut du moteur de recherche de Microsoft).

Windows 10 Cloud requerrait une configuration minimale à 4 Go de RAM, 32 Go d’espace de stockage (64 Go en édition 64 bits), avec une puce Intel quadricœur (au minimum un Celeron).

De l’ARM dans les cartons ?

En termes de performances, l’idée serait de se rapprocher de ce qu’offrent les Chromebooks. En l’occurrence, une autonomie constructeur de 10 heures et un temps de démarrage de 15 secondes.

Les bêtatesteurs qui participent au programme Windows Insider ont pu constater l’importance que Microsoft accorde à la durée de vie de la batterie, avec la récente introduction d’une fonction « Power Throttling » qui consiste en une gestion plus fine des programmes en arrière-plan.

Cette fonction n’est pour l’heure prise en charge que sur les processeurs Intel de 6e et 7e générations. Mais une extension aux puces ARM est probable, d’autant plus si on considère que Qualcomm a dernièrement annoncé que des PC Windows 10 équipés de son SoC Snapdragon 835 étaient prévus pour le 4e trimestre 2017.

L’exécution des applications Win32 serait assurée par un émulateur x86… dont ne disposait pas Windows RT, tentative infructueuse de faire la jonction entre la plate-forme Windows et l’univers ARM.

Microsoft avait déjà affiché, fin janvier lors du Bett Show (événement EdTech organisé à Londres), sa volonté de proposer des appareils moins onéreux ; en dessous des 300 dollars en l’occurrence. Un positionnement crucial à l’heure où le coût d’acquisition représente, selon Futuresource, le principal critère de choix pour les postes informatiques dans les établissements du primaire et du secondaire.

La part de marché des Chromebooks sur ce segment du CP à la terminale s’en ressent. Pas tant à l’échelle mondiale, où Windows a représenté les deux tiers des ventes en 2017, mais aux États-Unis, où, sur un marché de 12,6 millions d’unités PC portables et tablettes confondus, les Chromebooks en sont à 58 %, contre 50 % en 2016 et 38 % en 2015 – tandis que dans le même temps, iOS passe de 26 à 14 %.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur