Microsoft dévoile les sources d’Office 2003

Cloud

L’éditeur veut intégrer sa suite bureautique Office 2003 dans son programme d’ouverture du code source. L’objectif est de rassurer les gouvernements sur la sécurité de ses applications… et de freiner Linux.

Après différentes versions de Windows, Microsoft a décidé d’étendre son programme d’ouverture du code source (Government Security Program ou GSP) à la suite Office 2003. Gouvernements et organisations internationales pourront donc désormais avoir accès aux sources de Word, Excel, PowerPoint et Outlook en versions 2003, ainsi que des applications partagées de recherche et de dessin. A noter que Office XP ne semble pas concerné par l’annonce.

Le gouvernement britannique devrait être l’un des premiers à profiter du nouveau programme, selon le communiqué de Microsoft. Plus de 30 pays ont signé un accord GSP, parmi lesquels l’Australie, la Norvège, la Russie, l’Espagne et même la Chine…. Et une soixantaine d’agences gouvernementales auraient effectué une demande.

Outre les sources des applications, le GSP apporte des informations techniques, notamment celles liées aux formats de fichiers. La pérennité d’un format est un autre souci pour les instances dirigeantes qui se tournent de plus en plus vers les technologies d’archivage numérique. Malgré la possibilité qu’offre Office 2003 de sauvegarder les documents au format universel XML (Microsoft a auparavant ouvert l’accès aux sources de son outil XML Reference Schemas), les administrations tendent à sauvegarder leurs documents dans les formats propriétaires de Microsoft. Toute évolution de ces derniers, ou plutôt des logiciels de lecture, entraîne donc un risque grandissant d’incompatibilité.

Modification interdite des sources

Cette volonté de transparence (toutefois très encadrée) vise naturellement à rassurer les clients et partenaires, notamment en matière de sécurité. “Chez Microsoft, nous considérons les gouvernements qui utilisent nos applications comme des partenaires de confiance”, déclare Jonathan Murray, vice-président et responsable technique pour la région EMEA. “L’ajout d’Office 2003 au GSP démontre notre volonté permanente de collaborer avec les gouvernements du monde entier afin de leur fournir des solutions répondant à leur besoins spécifiques en matière de nouvelles technologies.”

C’est aussi, voire surtout, une stratégie qui vise à freiner l’expansion des offres Linux, par définition open source, qui gagnent du terrain du côté des administrations de nombreux pays. La France, l’Allemagne mais aussi l’Asie et même certains états américains ne cachent pas leur intérêt pour l’offre open source qui propose aujourd’hui autant de solutions professionnelles et bureautiques que l’éditeur de Windows.

Introduit en janvier 2003, le GSP est une extension du programme Microsoft Shared Source Initiative qui a démarré en 2001. Le GSP concerne aujourd’hui Windows 2000, Windows XP, Windows Server 2003, Windows CE et, désormais, Office 2003. Valable trois ans, le programme n’autorise pas la modification des sources. Contrairement au monde Linux qui, selon les licences open source (la GPL essentiellement) qui le régissent, autorise et même encourage le partage des sources et leur modification.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur