Microsoft entre sur le marché des supercalculateurs

Cloud

La firme de Redmond propose un nouvel OS pour clusters dédié aux calculs de haute performance.

Au terme de deux années de préparation et de plusieurs versions bêta (voir édition du 16 novembre 2005), Microsoft annonce la version finale d’une édition HPC (pour High Performance Computing) de son système d’exploitation pour serveurs Windows Server 2003. Dénommé Windows Compute Cluster Server 2003, ce nouvel OS est dédié aux calculs de haute performance. Il “positionne le groupe de plain pied dans le domaine des supercalculateurs”, selon Eric Nataf, responsable de l’offre infrastructure de Microsoft France. Il entre également en concurrence avec les systèmes Unix et surtout Linux, qui domine très largement le marché HPC.

Dans un premier temps, Microsoft ambitionne de démocratiser les usages de cette technologie sur la frange basse du marché entreprises, auprès des petites sociétés ou des bureaux détudes notamment. “On peut distinguer deux sous-segments sur le marché du HPC: le très haut de gamme, avec des besoins de calcul très spécifiques et une escalade en terme de puissance, et les solutions d’entrée de gamme ou de moyenne gamme”, estime Eric Nataf. Il ajoute que la demande est forte pour le HPC sur le bas du marché, même si les PME renoncent actuellement le plus souvent à s’équiper de ces solutions qui “leur apparaissent trop onéreuses ou compliquées”.

De l’exploration pétrolière à la finance

Le calcul de haute performance est utilisé dans différents secteurs d’activité ayant des besoins importants en termes de simulation ou d’analyse des données, comme l’industrie, la recherche pétrolière et gazière, la recherche médicale et biologique, la finance ou encore la recherche institutionnelle (universités?). En France, l’équipe AREVA-Challenge l’utilise, entre autres, pour la modélisation des coques des bateaux participant à l’Americas Cup. Elle a également été implémentée par la compagnie pétrolière brésilienne Petrobas ou l’université de Belfast, en Irlande du Nord.

Microsoft met en avant la facilité d’intégration de sa solution avec les infrastructures Windows existantes. Son système est, par ailleurs, livré avec un ordonnanceur dédié, permettant de répartir la charge de calcul sur les différents processeurs des machines. Il est également compatible avec l’ordonnanceur du spécialiste américain Platform Computing.

Windows Compute Cluster Server 2003 sera disponible à partir du mois d’août pour environ 469 dollars par noeud.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur