Microsoft et l’interopérabilité : les réactions fusent

Mobilité

En France, l’Afdel se réjouit mais l’April reste sceptique vis-à-vis de l’initiative tonitruante de l’éditeur de Redmond.

Le pas de géant vers l’interopérabilité qu’a fait Microsoft hier, jeudi 21 février 2008, en fin d’après-midi n’a pas manqué de générer son lot de réactions. En France, l’Afdel (Association française des éditeurs de logiciels) se réjouit de l’ouverture de l’éditeur de Redmond. “C’est une excellente nouvelle pour les industriels ! Cette volonté d’ouverture s’inscrit en phase avec les attentes du marché et des utilisateurs“, indique l’association dans un communiqué.

Tous les industriels vont pouvoir travailler dans l’environnement Microsoft avec d’avantage de visibilité et de prédictibilité.” L’Afdel espère maintenant que cette initiative “très positive et même audacieuse” fera boule de neige : “il faut désormais espérer que les autres acteurs « structurants » du marché suivent la même voie…“, ajoute les éditeurs.

L’April (Association pour la promotion et la recherche en informatique libre) se montre moins enthousiaste. Si l’initiative annoncée par Steve Ballmer “marque un virage intéressant“, la stratégie “continue d’exclure le monde du Logiciel Libre de l’accès aux formats et aux protocoles utilisés dans les logiciels de Microsoft“.

Pourtant, l’éditeur s’est bien engagé à ouvrir l’accès de ses technologies aux concurrents et de ne pas poursuivre les développeurs open source qui ne feraient pas une exploitation commerciale de leur développement et proposeront l’accès aux licences dans des conditions “raisonnables et non-discriminatoires”.

La rémunération de licence est incompatible avec le Logiciel Libre

Sauf que, pour l’April, la vision de Microsoft est ambiguë. “dans le monde du Logiciel Libre, il n’y a pas de distinction entre distribution non-commerciale et distribution commerciale : les développements réalisés par des bénévoles peuvent être vendus par des entreprises, et inversement les développements menés par des entreprises peuvent ensuite être distribués de façon non-commerciale“, analyse l’association par voix de communiqué.

La rémunération de licence de brevets est incompatible avec le développement du Logiciel Libre“, résume Thomas Petazzoni, administrateur de l’April. L’organisation craint ainsi que “les documentations mises à disposition par Microsoft […] ne pourront donc très certainement pas être utilisées par la communauté du Logiciel Libre pour améliorer l’interopérabilité avec les solutions de la firme étatsusienne“.

De là à penser que Microsoft chercherait à tirer parti des innovations technologiques apportées par le monde du Libre sans lui donner l’opportunité de se développer commercialement, il n’y a qu’un pas que seul le temps permettra de vérifier.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur