Microsoft et Skype passent à la vitesse supérieure

MarketingRéseauxVoIP
logo Skype

Le rachat de Skype entériné à l’international, Microsoft amorce une phase de développement intensif du service, pour en faire un écosystème intégré de voix sur IP. Google en fait les frais.

Acquéreur de Skype, Microsoft n’a pas tardé à pondre deux nouvelles versions d’un client de voix sur IP (VoIP) dont il devrait poursuivre le développement à travers un large écosystème de plates-formes logicielles. Sans les outils tiers de Google, toutefois.

Il n’en a pas fallu beaucoup plus que l’aval de la Commission européenne pour que Steve Ballmer officialise ce destin lié et intronise Tony Bates, jusque lors P-DG de Skype, au poste de Président de la division du même nom, au sein de la firme de Redmond.

Au printemps dernier, Microsoft avait consenti à investir 8,5 milliards de dollars pour le seul rachat de Skype.

Le développement s’est amorcé sans délai et sa poursuite à la vitesse grand V fait écho à cette volonté d’en faire un service intégré de voix sur IP plus qu’un logiciel indépendant.

En témoignent les versions 5.5 et 5.6, tout juste officialisées, et qui représentent une évolution stratégique conforme aux attentes : les offres et les outils estampillés Google disparaissent.

Outre une interface éclaircie et des démarches d’utilisation simplifiées, ce revirement induit un cavalier seul qui pourrait déboucher sur une implémentation de Skype dans les OS mobiles (Android, Windows Phone), voire les consoles de salon Xbox 360.

A terme, Microsoft est pressenti pour en doter ses périphériques tels que les combinés casque-micro.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur