Microsoft et Yahoo reportent la finalisation de leur partenariat

CloudMarketingPublicité

Face à “la nature complexe de la transaction”, Yahoo et Microsoft repoussent à début 2010 la finalisation de leur partenariat publicitaire et technologique annoncé en juillet dernier.

La finalisation de l’accord technologique et commercial annoncé cet été entre Microsoft et Yahoo devrait être repoussée au début de l’année 2010, puisque les deux partenaires, qui attendaient la validation des autorités anti-trust américaines, voire européennes, n’ont pas officiellement signé cet accord au 27 octobre, date butoir prévue.

Carol Bartz, la tonitruante P-DG de Yahoo qui a succédé à Jerry Yang en janvier dernier, a toutefois souligné que ce report n’était qu’un petit contretemps et que le deal aurait bien lieu.

La finalisation du partenariat Microsoft-Yahoo s’annonce en effet plus compliqué que prévu : “Vu la nature complexe de la transaction, il reste des détails à finaliser”, a expliqué Yahoo dans un document transmis la semaine dernière à la Securities and Exchange Commission (SEC), l’autorité américaine de contrôle des marchés financiers.

Conclu pour un durée de dix ans, ce rapprochement entre les deux géants de l’Internet prévoit un accord technologique concernant le volet “moteur” dans la recherche en ligne et commercial pour le volet “search marketing”.

Un montage technologique et financier complexe

Ainsi, pour mieux concurrencer Google, Yahoo s’engage à implémenter sur ses sites Web des algorithmes du moteur de recherche Bing.com de Microsoft. En outre, dans le domaine de la publicité, Yahoo se chargera de gérer les plates-formes publicitaires des deux firmes pour la gestion des programmes des liens sponsorisés, mais pas pour la gestion de la partie “display” (affichage comme les bannières publicitaires).

Par ailleurs, le montage financier de cet accord implique que, au cours des cinq premières années de ce partenariat, 88% des revenus search générés par les services de Microsoft (en lien avec sa technologie moteur Bing et la plate-forme AdCenter pour gérer le search marketing) déployés sur les sites Yahoo seront reversés à Yahoo (”revenue share rate”). Ce qui devrait rapporter à Yahoo la bagatelle de 500 millions de dollars.

Ce taux de rémunération pourra ensuite varier dans les cinq dernières années de l’accord,  en fonction des orientations prises par Yahoo ou Microsoft.

Avec un chiffre d’affaires, au troisième trimestre, en baisse de 12% par rapport à il y a un an et une valorisation à 22 millions de dollars, Yahoo semble être à la recherche d’un nouveau souffle. Après l’avortement d’une méga-OPA sur la firme californienne opérée par Microsoft au premier semestre, Yahoo pourrait être courtisé ces prochains mois par de nouveaux acquéreurs.

Pour que les termes de l’accord entre Microsoft et Yahoo soient appliqués au plus vite, des géants de la publicité, comme Publicis, WPP, Omnicom et Interpublic Group, ont récemment apporté leur soutien à ce partenariat “au nom de la concurrence” face à l’omniprésence de Google sur la Toile.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur