Microsoft menacé d’éclatement

Régulations

Parmi les scénarios étudiés par les experts du gouvernement pour mettre fin au monopole de Microsoft, deux prévoient la scission de l’entreprise, rapporte le New York Times.

Microsoft est sous pression. Alors que Bill Gates laisse entendre qu’il ira jusqu’au bout de la procédure, les experts de l’accusation laissent filtrer des informations sur leurs hypothèses de travail. Sans doute, pour inciter l’entreprise à venir s’asseoir à la table des négociations. Le New York Times révèle aujourd’hui que deux des solutions envisagées s’appuient sur un éclatement de l’entreprise.

Citant notamment plusieurs procureurs engagés aux côtés du gouvernement face à Microsoft, le quotidien explique que les divergences stendent à s’estompent entre les représentants des 19 Etats et le département de la justice. Tous semblent désormais considérer qu’il faut mettre un terme au monopole de Microsoft dans les systèmes d’exploitation, considéré comme source de tous les maux.

La possibilité d’un accord restreignant la liberté d’action de l’entreprise ne fait pas l’unanimité. Cette solution obligerait les services anti trust à surveiller en permanence les pratiques de l’entreprise. C’est le non-respect d’un accord signé en 1995 entre Microsoft et les autorités anti trust qui a entraîné le procès de l’entreprise. Certains experts penchent pour une solution plus brutale qui mettre un point final à l’affaire.

Pourquoi pas une vente du code source de Windows aux enchères? Pourvu que les acheteurs s’engagent à respecter des règles de compatibilité, la création de clones de Windows réintroduirait la concurrence sur le marché des systèmes d’exploitation. Mais rien ne dit que le public ne se porterait pas massivement sur Microsoft, dont l’aura semble intacte et les ressources financières considérables.

Reste la solution la plus brutale. Appliquer à Microsoft une règle qui a entraîné l’éclatement du monopole pétrolier de Standard Oil au début du siècle, et celui du géant des télécommunications AT&T. Deux hypothèses s’ouvrent aux partisans de la scission de Microsoft. La justice pourrait décider de scinder l’entreprise en plusieurs sociétés, en s’appuyant sur les différentes activités de Microsoft: systèmes d’exploitation, applications, Internet etc. Une solution qui ne règlerait pas le problème du monopole de Windows. Le New York Times avance une seconde hypothèse, qui consisterait à créer plusieurs baby softs, chacune dotées de toutes les recettes de fabrication et des brevets de l’entreprise. Une manière d’aligner sur la ligne de départ plusieurs concurrents pourvus des mêmes armes.

Pour en savoir plus: Le New York Times


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur