Microsoft passe .NET et Visual Studio au régime open source

Cloud
microsoft-net-visual-studio-open-source

En plus de livrer une version gratuite de Visual Studio 2013, Microsoft place la majorité des composants du framework .NET en open source.

Avec l’objectif de développer un puissant écosystème autour de sa plate-forme .NET, Microsoft vient d’en basculer la majorité des composants sous licence open source.

L’éditeur livrera une pile complète pour les environnements serveur, associant le .NET Core (la base du framework avec ses bibliothèques permettant l’intégration dans les applications), le runtime .NET, les compilateurs ASP.NET, le ramasse-miettes et un ensemble de librairies. Les éléments desktop – comme le module Windows Presentation Foundation (WPF) – ne sont en revanche pas concernés par cette avancée qui s’appliquera aussi bien à la mouture actuelle de .NET (4.6) qu’aux versions futures.

Le tout sera accessible sous Windows, OS X et Linux, avec une garantie pour les utilisateurs de .NET : Microsoft s’engage à ne pas les poursuivre pour violation de brevets. La multinationale profite de l’occasion pour se rapprocher des responsables du projet Mono, clone open source de .NET. L’Américain Xamarin, qui livre des moutures commerciales de cette solution pour Android et iOS, se félicite de cette décision… qui devrait booster son activité.

Autre annonce surprenante : la mise à disposition, ce mercredi 12 novembre, d’une version gratuite de Visual Studio à destination des développeurs individuels, des étudiants, des petites équipes, mais aussi des entreprises, à condition qu’elles emploient moins de 250 personnes ou que leur chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas 1 million de dollars. Comme le note Silicon.fr, cette mouture se veut très proche de l’offre “classique” de Visual Studio ; tout du moins bien plus que ne l’étaient les éditions Express.

Microsoft a également levé le voile sur Visual Studio 14, qui prendra le nom commercial “Visual Studio 2015”, avec un accent sur le développement multiplateforme, illustré par l’intégration d’un émulateur Android. Quant  à l’interaction avec les logiciels d’entreprise comme Office 365 et Salesforce, elle sera simplifiée via la composante Connected Services Manager, en lien avec les interfaces de programmation. Du côté de .NET 2015 (disponible en préversion), on note un rapprochement vis-à-vis du cloud et des améliorations pour WPF.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien Microsoft ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur