Microsoft poursuit sa conquête des centres de données

Cloud

Microsoft veut s’imposer dans le domaine de l’administration des infrastructures informatiques. C’est l’objet du projet Dynamic Systems Initiative, dont un nouvel élément est disponible.

Microsoft a dévoilé la semaine dernière un nouveau produit d’une gamme, en cours d’élaboration, d’outils dédiés à l’administration des ressources informatiques. Disponible gratuitement, ce produit ? nommé Automated Deployment Services (ADS) ? facilite l’installation de Windows 2000 et Windows Server 2003 sur des serveurs en réseau. Concrètement, ADS mémorise une configuration d’installation ; lorsqu’un nouveau serveur est intégré au réseau, celui-ci est signalé au niveau de la console centrale d’administration ; un agent intelligent est alors activé, lequel installe automatiquement le système d’exploitation, conformément à la configuration choisie… L’ambition de Microsoft dans le domaine de l’administration des systèmes informatiques avait été révélée au mois de mars dernier (voir édition du 14 mars 2003). L’éditeur avait alors présenté un ambitieux projet nommé Dynamic Systems Initiative (DSI), doté d’un budget de 1,7 milliard de dollars pour la seule année 2003, visant à réduire la complexité de la gestion des centres de données, en les dotant de capacités d’auto-administration. Ce faisant, Microsoft vient marcher sur les plates-bandes des principaux spécialistes de l’administration de systèmes que sont IBM, HP ou encore Sun Microsystems et qui, eux aussi, travaillent activement à l’automatisation des centres de données.

Aborder les environnements hétérogènesAvant ADS, Microsoft avait lancé un premier produit, celui-là intégré à Windows Server 2003, qui s’inscrit également dans le projet DSI : il s’agissait de Windows System Resource Manager. Avec ADS, Microsoft apporte donc une nouvelle pierre à l’édifice DSI. Une contribution somme toute assez modeste car elle ne concerne que Windows, alors que Microsoft vise évidemment avec DSI à étendre la portée de ses outils d’administration aux infrastructures hétérogènes, impliquant d’autres systèmes d’exploitation que Windows. Leur capacité à appréhender les environnements hétérogènes devrait être apportée par une autre brique technique de DSI nommée System Definition Model (SDM). Développé en XML, SDM a pour mission de faire communiquer entre eux applications, systèmes d’exploitation et outils d’administration de systèmes selon leurs besoins en ressources de calcul, de stockage, réseaux…, et de collecter et d’acheminer ces derniers via le réseau au niveau d’une console d’administration centrale. D’ici la fin de l’année, Microsoft annonce une technologie de virtualisation des serveurs et pour la mi-2004 est prévu le lancement d’un produit appelé System Center, qui combine deux logiciels existants de l’éditeur : Microsoft Operations Manager (MOM), outil de supervision de l’environnement Windows, et Systems Management Server (SMS) conçu pour gérer les parcs de PC et serveurs. System Center apportera ainsi une palette d’outils pour administrer PC de bureau, portables, PDA, serveurs et applications.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur