Microsoft reste le premier éditeur de logiciels en France

EntreprisePoste de travail
microsoft-editeurs-france

Malgré un chiffre d’affaires tout juste stable, Microsoft domine toujours largement le classement des éditeurs de logiciels en France, devant SAP et Oracle.

Premier éditeur mondial, Microsoft est aussi numéro un sur le marché français, loin devant SAP et Oracle.

C’est l’un des principaux enseignements à tirer du dernier classement réalisé par le cabinet Pierre Audoin Consultants (PAC).

S’il reste l’incontestable leader, Microsoft a néanmoins peiné pour maintenir son chiffre d’affaires : 2,084 milliards d’euros en 2014, soit 0,2 % de croissance annuelle. Une progression quasi nulle qui contraste avec la hausse moyenne enregistrée par les membres du top 10 : celle-ci est supérieure à 2 %.

D’après PAC, les produits traditionnels de Microsoft (Windows et Office), qui faisaient les beaux jours de l’éditeur, sont désormais moins vendeurs, partout dans le monde. La firme a toutefois su capitaliser sur ses offres SMACs (Social, Mobilité, Analytique, Cloud & sécurité) pour assurer la transition.

Mais c’est bien SAP qui tire le marché vers le haut, en dépassant les 800 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel (+ 9,3 %). L’écart est encore considérable – de l’ordre de 180 millions d’euros – avec son rival américain Oracle.

Les performances de SAP tiennent notamment à son offre de base de données en mémoire Hana, qui a capté l’attention de nouveaux clients intéressés par les capacités d’aide à la décision grâce au temps réel et à l’analyse prédictive.

Les acquisitions lui ont également permis d’accroître sensiblement ses ventes dans le domaine du SaaS (« Software-as-a-Service »). Même constat pour Oracle, qui a pris ses distances avec IBM : Big Blue conserve la 4e place, mais son CA n’augmente quasiment pas d’une année sur l’autre (541 millions de dollars).

Sage complète toujours le top 5, avec une dynamique toutefois négative (- 1,3 %, à 269 millions d’euros), diamétralement opposée à celle d’EMC (+ 6,3 %, avec également 269 millions d’euros), qui affiche d’ailleurs la deuxième plus forte croissance du top 10 après SAP.

Si les Américains dominent largement ce classement, les logiciel français place seulement deux représentants dans les dix premiers. Alors que le Lyonnais Cegid se positionne au 7e rang avec une progression enviable (+ 5,2 %), Dassault Systèmes recule au 10e rang avec un chiffre d’affaires en recul de plus de 5 %. Son activité française ne représente qu’environ 8 % de ses facturations globales.

Comme le note Silicon.fr, l’année 2015 pourrait marquer l’entrée au top 10 de Salesforce.com, champion du SaaS en France. Sauf absorption par un des acteurs du trio de tête d’ici là (les rumeurs à cet égard se succèdent).

pac-2014-editeurs

Crédit photo : twobee – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur