Microsoft révise son processus d’évaluation RH

ManagementRégulationsRessources humaines
microsoft-stack-ranking

Mis en place sous la direction de Bill Gates, le ‘stack ranking’, système d’évaluation et de classement des salariés, n’est plus en vigueur chez Microsoft.

Le ‘stack ranking‘, ce processus d’évaluation et de classement des employés, était l’un des aspects les plus décriés de la gestion RH chez Microsoft.

Dans le cadre de sa réorganisation amorcée au cours de l’été, le premier éditeur mondial met fin à ce système instauré sous l’ère Bill Gates.

Les employés en ont été notifiés par mail ce 12 novembre.

Pointé du doigt pour avoir provoqué des dissensions en interne, le ‘stack ranking’ s’appliquait à l’ensemble des filiales du groupe.

A fréquence semestrielle, les responsables des différentes activités se réunissaient pour noter leurs subalternes… avant d’être eux-mêmes évalués par leurs supérieurs hiérarchiques.

Selon leurs compétences, les salariés étaient triés par ‘groupes de niveau’ (généralement quatre). Microsoft attribuait en conséquence d’éventuelles primes, promotions, augmentations…

Le principe du ‘stack ranking’ impliquait une ramification des fonctions et des métiers telle que les employés étaient parfois associés par paires à des fins comparatives.

Un ancien chef de projet chez Microsoft France évoquait, cet été, un système “nuisible à l’innovation, à l’intégrité et à la morale“.

Le jeu consistait, pour les détenteurs de postes à responsabilité, à placer leurs meilleurs éléments le plus haut possible afin de leur assurer des avantages professionnels, les rendant ainsi moins susceptibles de quitter l’entreprise.

Pensé à l’origine pour permettre aux plus forts de motiver les plus faibles, cette méthode aurait plutôt, selon Vanity Fair, créé un climat de défiance dans l’entreprise, le surclassement d’un salarié entraînant nécessairement le déclassement d’un autre.

L’abandon du ‘stack ranking’ s’inscrit dans une réforme structurelle d’envergure qui vise à gagner en performance, flexibilité et rapidité d’exécution.

Cette nouvelle organisation, qui s’est déjà traduite par un remaniement profond des fonctions opérationnelles, est censée favoriser une stratégie à noyau unique sur le modèle ‘d’unités coordonnées’ : ingénierie, marketing, business développement, finance, ressources humaines, juridique…

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien Microsoft ?

Crédit photo : Jirsak – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur