Microsoft Silverlight 5 : la version finale en approche

Cloud

Malgré la prise de pouvoir progressive du HTML5, les développeurs de Microsoft annoncent la disponibilité d’une version quasi-finalisée du plug-in Silverlight 5, avec à la clé plus de fluidité et de nouvelles fonctionnalités.

En accord avec le calendrier défini en 2010, la cinquième version du module Silverlight bénéficie d’une pre-release marquée par une meilleure prise en charge de l’accélération matérielle, des systèmes 64 bits et du codec H.264 sur les machines les moins performantes.

Pour sa cinquième mouture, le plug-in de Microsoft est à l’heure. Des imperfections peuvent perdurer dans cette Release Candidate, mais les développeurs peuvent désormais se faire une idée précise des fonctionnalités qu’offrira la version finale.

Au vu des nombreuses améliorations entrevues, les tensions pourraient bien atteindre leur paroxysme face au HTML5, considéré comme un standard d’avenir, notamment pour sa compatibilité quasi universelle.

Microsoft lui-même semble pris entre deux feux. En témoigne la transition de son écosystème Windows Live vers le HTML, cinquième du nom, associé au CSS3 dans un couple détonant d’interactivité.

Pourtant, à Redmond, la balance penche encore nettement en faveur en faveur de Silverlight. En témoigne notamment le soin particulier apporté à hiérarchiser les composantes logicielles (DLL) du plug-in.

Il en résulte une prise en charge des environnements 64 bits, couplée à une gestion intelligente des paramètres d’économie d’énergie.

En d’autres termes, Silverlight est capable d’indiquer à un système prêt à initialiser une mise en veille ou une hibernation, qu’une lecture de contenus est en cours.

Mais par-dessus tout, hormis un support accru des navigateurs Internet et une compatibilité renforcée avec le protocole d’impression Postscript, Microsoft lui confère des fonctionnalités multimédia enrichies.

Ainsi, l’effort s’est porté sur l’accélération matérielle, notamment avec les GPU intégrés aux netbooks et produits apparentés. Conséquence, le rendu gagne en qualité sans perdre en fluidité.

En effet, eWeekeurope.co.uk note que l’administration des processus en arrière-plan minimise les latences réseau.

Les utilisateurs fâchés avec les notions techniques se rabattront sur la fonction TrickPlay, à mi-chemin entre un magnétoscope virtuel (retour et avance rapide) et une table de mixage (réglage du pitch audio).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur