Microsoft : vers un nouveau procès antitrust ?

Mobilité

Deux juges d’Etat ont pris Windows XP pour cible. Soutenus par l’association anti-Microsoft ProComp, ils reprochent à l’éditeur de Redmond de recommencer, avec Windows XP, la même politique du “tout-en-un” qui a profité à Windows 98 et Internet Explorer. De son côté, Microsoft fait la sourde oreille et attend, confiant, le jugement en appel de son procès antitrust actuel.

Windows XP n’est pas encore commercialisé qu’il s’attire déjà les foudres de la justice. Plus précisément, de deux juges : Richard Blumenthal au Connecticut et Tom Miller en Iowa. Ce qu’ils reprochent au futur système d’exploitation de Microsoft dont la sortie est fixée au 25 octobre ? L’intégration de logiciels qui permettrait à la firme de Redmond d’asseoir sa position dominante sur certains marchés et d’éliminer toute concurrence. Outre les navigateurs IE6 et MSN Explorer, les applications visées sont MSN Messenger et Windows Media Player (WMP). En cas de monopole, ces deux applications permettraient à Microsoft de contrôler le marché des messageries sur Internet (pour l’instant principalement concurrencé par AIM d’AOL et Yahoo Messenger), ainsi que celui de la distribution de données audio et vidéo, autrement dit musiques et films. A ce jour, seul RealAudio peut encore prétendre à concurrencer WMP.

Sans préjuger des connaissances informatiques des deux juges, ils ont probablement été aidés dans leur démarche par ProComp, l’association pour la promotion de la compétition et l’innovation (autrement dit l’association contre Microsoft) dont font notamment partie Oracle, Sun et AOL. ProComp a exprimé ses griefs dans le cadre du meeting annuel des juges d’Etat qui se déroule cette semaine dans le Vermont. Du côté de Microsoft, la défense ne varie guère. En somme, leurs concurrents sont jaloux de la qualité de leurs produits. Par ailleurs, Microsoft estime qu’un système d’exploitation digne de ce nom doit comporter en interne les outils de navigation, de communication et de lecture des médias.

Microsoft confiant

Bref, si aucune poursuite n’est pour le moment prévue, les deux juges reprochent à Microsoft d’appliquer la politique commerciale de bundle qui avait permis au navigateur maison de s’emparer d’un marché jusqu’alors détenu par Netscape. Une stratégie qui a donc fait ses preuves (IE représente plus de 80 % des navigateurs utilisés) et dont l’éditeur de Windows aurait tort de se passer. Mais avant d’entamer un nouveau procès antitrust, il faudrait peut-être rendre le jugement du précédent… démarré en 1998. Attendu dans les semaines qui viennent, celui-ci ne devrait pas trop peser sur les épaules de Microsoft qui, dans le cadre de sa procédure en appel, avait su profiter des bavardages médiatiques du juge Thomas Penfield Jackson, chargé de l’affaire, pour retourner la situation à son avantage (voir édition du 14 mars 2001).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur