Microsoft veut que les pirates russes du botnet Rustock se présentent à la justice

Cloud

Par voie d’une petite annonce de presse, Microsoft informe les spammeurs russes ayant exploité l’ancien botnet Rustock qu’ils devront répondre de leurs actes devant un tribunal.

Microsoft a lancé une campagne de publicité sur un mois des journaux russes mais l’annonce est un peu spéciale.

A travers des journaux comme Delovoy Peterburg et The Moscow News, l’éditeur a informé les instigateurs du botnet Rustock que le réseau de PC zombies est désormais coupé.

Et que ses auteurs devront s’expliquer devant la justice, peut-on lire dans une contribution blog de la firme de Redmond en date du 6 juin.

L’encart publicitaire comprend la date, l’heure et le lieu de l’audience au cours de laquelle les propriétaires des adresses IP et les détenteurs des noms de domaine qui ont formé l’ex-Rustock seront invités à se défendre par leur propre moyen.

Il a été publié dans le courant de la semaine.

Rappelons que Rustock était un botnet à l’origine de 50% du spam diffusé dans le monde.

Microsoft avait pris les choses en main en supervisant une opération internationale pour couper le réseau de PC zombies et en portant plainte devant la justice américaine.

Le cabinet d’avocats Orrick, Herrington & Sutcliffe LLP, basé à Seattle, mène l’assaut judiciaire initié par l’éditeur.

Dix entreprises américaines devront s’expliquer devant la justice, essentiellement des hébergeurs. Mais un citoyen russe est aussi appelé à la barre : Artem Nikolaenko.

En mars dernier, Microsoft était parvenu à éteindre Rustock avec la coopération de fournisseurs de services d’hébergement.

Le réseau botnet comportait un million de PC. Autant de relais pour diffuser des spams pour promouvoir le viagra ou des produits pharmaceutiques.

Avec l’arrêt de son activité malware, on avait observé une décrue significative du volume de spam propagé dans le monde.

(Source : WebPlanet.ru).

Adaptation en français d’un article East-West Digital News en date du 13/06/11 : Microsoft to summon Rustock botnet owners to U.S. court through Russian media


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur