Microsoft-Yahoo : “On avancera”, dit Ballmer, “Nous restons ouverts”, assure Yang

Mobilité

Alors que Yahoo publie ses résultats du premier trimestre, les déclaration des dirigeants des deux groupes restent ambiguës.

Samedi 26 avril. Une date à retenir car c’est la deadline que Microsoft s’est fixés concernant son offre de rachat non sollicité de Yahoo. L’heure arrive à grand pas et la publication des résultats trimestriels de Yahoo a permis de prendre la température des deux bords.

Steve Ballmer, PDG de Microsoft, a indiqué que son groupe “avancera” si l’offre est finalement rejetée par le conseil d’administration de Yahoo. Plutôt flou comme indication : va-t-il relever son offre initiale (44 milliards de dollars) ? Ou, comme prévu, se tourner vers les actionnaires de Yahoo pour les inciter à pencher pour un rapprochement ? “Nous verrons ce qui arrivera”, a précisé le bouillonnant Steve Ballmer.

Du côté de Yahoo, on tente de garder la tête sur les épaules avec la publication des résultats financiers du premier trimestre 2008. “Notre conseil de direction et l’équipe de management demeurent ouverts à toutes les alternatives, y compris un accord avec Microsoft”, a commenté Jerry Yang. Le co-fondateur de Yahoo, qui occupe le poste de CEO du groupe, estime que la stratégie portant sur la technologie, l’audience et les annonceurs “commence à payer”.

Des résultats qui tiennent la route

Le groupe Internet estime avoir réalisé un premier trimestre solide : le chiffre d’affaires s’élève à 1,8 milliard de dollars, en hausse de 9% par rapport à la même période l’année dernière. Les revenus publicitaires progressent de 7% (à 1,5 milliard), tout comme les services premium (245 millions de dollars, +21%). Le résultat net du trimestre s’élève à 542 millions de dollars.

Le poids des activités aux Etats-Unis s’affirme un peu plus (1,3 milliard de dollars, +19%) tandis que les services orientés à l’international se montrent moins dynamiques (510 millions de dollars, -11%).

Pour s’emparer de Yahoo et convaincre ses actionnaires, Microsoft ne devra pas compter sur un affaiblissement de ses résultats financiers. Il faudra se montrer plus malin.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur