Une nouvelle mission IA commandée à Cédric Villani : est-ce vraiment nécessaire ?

CloudData-stockage
cedric-villani-mission-intelligence-artificielle

Le gouvernement confie à Cédric Villani (mathématicien et député) une mission d’information sur l’intelligence artificielle. Alors qu’au moins trois rapport officiels ont été pondus récemment.

L’intelligence artificielle est au cœur du calendrier gouvernemental pour la rentrée numérique.

Le secrétaire d’Etat au Numérique Mounir Mahjoubi confie une mission d’information parlementaire sur l’IA à Cédric Villani, le célèbre mathématicien devenu député LREM de l’Essonne.

Il est également membre de la Commission des Lois et préside l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) de l’Assemblée nationale et du Sénat.

Décoré de la Médaille Field (prestigieuse récompense en mathématique), Cédric Villani dispose de trois mois pour boucler son rapport qu’il remettra au Premier ministre Edouard Philippe.

La mission ne devrait pas déboucher sur un projet de loi dans l’immédiat, précise Mounir Mahjoubi dans les colonnes du JDD.

« J’avais besoin de trouver un partenaire qui pense différemment qu’au gouvernement. Cédric Villani a une méthode de travail, du fait de son métier de mathématicien, assez hétérodoxe et complète », précise le secrétaire d’Etat au Numérique.

L’objectif est de disposer d’une vision à moyen terme et « proposer une stratégie pour les prochaines années, définir si un débat national doit être mené et sur quels sujets ».

Des rapports récents officiels sur l’IA à satiété

Des rapports officiels sur l’intelligence artificielle ne manquent sous la précédent quinquennat. Axelle Lemaire, qui a précédé à Mounir Mahjoubi au poste de secrétaire d’Etat en charge du Numérique, avait présenté en mars le rapport de la mission France IA, chargée d’esquisser une stratégie nationale sur l’IA.

Déjà contributeur, Cédric Villani déclarait à l’époque que « la France a longtemps souffert d’un trop grand cloisonnement entre [le monde de la recherche et celui de l’industrie] et est en train de lutter activement à combler le fossé entre ces deux univers ».

Pour alimenter la réflexion sur France IA, France Stratégie (organisme de réflexion, d’expertise et de concertation, autonome, rattaché au Premier ministre) avait apporté sa contribution dans un document intitulé « Anticiper les impacts économiques et sociaux de l’intelligence artificielle » (rapport du groupe de travail co-piloté par Rand Hindi, Conseil national du numérique, et Lionel Janin, France Stratégie).

Lors de la présentation de France IA, François Hollande, alors Président de la République, avait annoncé un investissement de 1,5 milliard d’euros sur 10 ans dédiés à l’intelligence artificielle par le biais du Programme d’investissements d’avenir. Reste à savoir si le nouveau Président Emmanuel Macron reprendra le flambeau sous la même forme.

Dans la même période (fin du premier trimestre 2017), le Sénat a publié une autre étude « Pour une intelligence artificielle maîtrisée, utile et démystifiée » réalisée par Claude De Ganay (député du Loiret) et Dominique Gillot, sénatrice du Val d’Oise au nom de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (désormais présidé par… Cédric Villani depuis mi-juillet).

La documentation et les analyses ne manquent pas.

(Crédit photo : Site Web de Cédric Villani : http://www.villani2017.eu/biographie)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur