Mobile : une nouvelle étape vers l’abolition du roaming en Europe

CloudOpérateursRéseaux
europe-roaming

A l’initiative de Bruxelles, une nouvelle baisse de tarifs sera appliquée, ce 1er juillet 2014, aux communications mobiles en itinérance dans l’Union européenne.

Dans l’optique de relancer la croissance et l’emploi, Bruxelles adoptait, fin 2013, un paquet législatif regroupant un ensemble de mesures destinées à réformer et harmoniser le marché européen des télécommunications.

S’étant figuré la circonspection dont les mobinautes font preuve lorsqu’il s’agit d’utiliser leur téléphone à l’étranger*, Neelie Kroes – vice-présidente de la Commission européenne chargée de l’agenda numérique – s’est donné l’objectif d’abolir, d’ici 2016, la notion de roaming. En d’autres termes, les frais d’itinérance facturés aux clients dès lors qu’ils passent la frontière.

Parlement, Commission et Etats membres ont convenu d’une tarification dégressive sur les terminaisons d’appels, dont le coût maximal en Europe sera rabaissé à 19 centimes d’euro HT au 1er juillet 2014, contre 24 centimes actuellement. Le plafond sera fixé à 5 centimes pour les appels reçus (il est à 7 centimes depuis le 1er juillet 2013). Quant à l’envoi de SMS, il ne pourra plus être facturé que 6 centimes au maximum, contre 8 centimes à l’heure actuelle. Mais la plus forte baisse concerne la data : passé de 0,70 euro à 0,45 euro l’année dernière, la coût maximal au mégaoctet sera revu à 0,20 euro la semaine prochaine (-55%), toujours hors taxes.

Globalement, les tarifs des services de données en itinérance ont diminué de 80% à 90% depuis 2007. Cette baisse graduelle des tarifs déplaît fortement aux principaux opérateurs du continent. Ces derniers estiment que la fin des frais d’itinérance freinerait durablement leurs investissements dans les réseaux de nouvelle génération (4G, fibre optique). Le lobby européen des télécoms ETNO (“European Telecommunications Network Operator’s Association”) estime à 7 milliards de dollars le manque à gagner d’ici 2020.

A compter du 1er juillet 2014, les opérateurs de téléphonie mobile devront également être en mesure de proposer à leurs clients des contrats spéciaux d’itinérance leur permettant notamment de choisir un opérateur dans leur pays de destination pour les services de données. On parle aussi bien de navigation Web que de messagerie électronique ou de streaming vidéo.

* Plusieurs études réalisées à l’échelle européenne ont illustré les restrictions que s’imposent les utilisateurs de téléphones mobiles lorsqu’ils se trouvent à l’étranger. C’est le cas pour 94% des 28 000 citoyens de l’UE sondés en janvier dernier par TNS opinion & social. 30% ne passent pas d’appels vocaux ; 29% refusent les communications entrantes. 26% n’envoient pas de SMS ; 25% n’en reçoivent pas. 47% se passent d’Internet mobile.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien les opérateurs mobiles ?

Crédit photo : Wagner Christian – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur