Mobilité : la 4G séduit 10 millions d’abonnés en France

4GMobilitéRégulations
4G-france

Déjà 10 millions de mobinautes ont succombé à la 4G en France.Orange comptabiliserait le plus grand nombre d’abonnés, devant SFR et Bouygues Telecom.

Deux ans après le lancement des premières offres 4G (en l’occurrence par SFR pour les services voix et data), la 4G a séduit 10 millions d’utilisateurs environ en France.

Selon le calcul des Echos, Orange en cumule 3,3 millions, suivi de SFR, 3 millions, et Bouygues Telecom, 2,5 millions. Free reste de son côté discret sur son nombre précis d’abonnés 4G parmi l’ensemble de ses clients mobiles qui, tous réseaux confondus, s’approchait des 10 millions.

Avec 10 millions d’utilisateurs en 4G, celle-ci s’inscrit comme un succès pour les opérateurs en France. Un succès soutenu par la baisse rapide des prix des terminaux mobiles compatibles LTE mais aussi par la vitesse des déploiements. Orange et Bouygues Telecom revendiquent ainsi plus de 70% de la population couverte en LTE.

Le premier en modernisant son infrastructure à marche forcée; le second en bénéficiant du refarming des fréquences 2G 1800 MHz pour la 4G lui permettant d’exploiter un réseau d’antennes et stations de base déjà installées.

De son côté, SFR vient de revendiquer 50% de couverture. Un « retard » dû à l’incertitude qui a pesé sur son avenir et la période trouble de son acquisition par Numericable/Altice.

Ce dernier a cependant annoncé vouloir accélérer les déploiements de sites 4G en 2015. Par ailleurs, SFR a privilégié les infrastructures en 800 MHz dont le signal porte plus loin et de manière plus efficace en matière de pénétration des bâtiments qu’avec le 2600 MHz, note Silicon.fr.

Pour sa part, lors de la présentation de ses résultats semestriels en août dernier, Free ambitionnait d’atteindre les 50% de la population couverte en 2014 en 4G. De fait, l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) lui en attribuait 24% en juillet dernier, six mois après le lancement du service.

Rappelons que la filiale d’Iliad ne dispose que d’une seule licence, celle des 2600 MHz, qui l’oblige à multiplier les points de connexion pour couvrir le territoire. Un retard que Free compense, pour les clients, par son attractivité commerciale en alignant l’offre 4G au prix de la 3G et un forfait data géant de 20 Go.

Des taux de couvertures dans tous les cas bien supérieurs aux obligations. L’obtention des licences 4G étaient en effet conditionnée à une obligation de couverture de 25% pour le 11 octobre 2015 et de 60% pour 2019.

De fait, Orange et Bouygues Telecom sont quasiment en phase avec le calendrier d’octobre 2023 qui impose 75% de couverture. Les opérateurs devront avoir couvert la quasi-totalité de la population (99,6%) le 17 janvier 2027 (dont 95% dans chaque département).

Pour se distinguer, les opérateurs devraient jouer la course aux débits en 2015. Bouygues Telecom et Orange ont déjà lancé leurs services 4G+ (LTE-A) qui, en agrégeant plusieurs porteuses, permet de multiplier la bande passante de la 4G jusqu’à 225 Mbit/s ou 300 Mbit/s selon les largeurs de bandes de fréquences disponibles.

Une technologie qui devrait vite évoluer vers la 4,5G (ou 4G++) avec l’exploitation simultanée de trois fréquences pour offrir jusqu’à 450 Mbit/s de débit. Des évolutions qui ne seront utiles qu’avec les terminaux compatibles dits de Catégorie 9 et 10. Lesquels ne sont pas attendus avant 2016. Il restera néanmoins à vérifier que les usages suivront.

 

Quizz ITespresso.fr : Connaissez-vous la 4G ?

 

Crédit image : woaiss – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur