Mobilité : Archos tisse des liens capitaux avec Logic Instrument

MobilitéRégulationsTablettes
archos-logic-instrument

Pour accentuer sa présence sur le marché de l’entreprise, Archos prend une participation stratégique à hauteur de 48,9% du capital de Logic Instrument, société française spécialiste de l’informatique durcie.

Jusqu’alors cantonné au secteur grand public, Archos entend désormais investir le marché de l’entreprise avec son offre Android.

Pour se positionner sur ce segment en croissance qui devrait concentrer 15% des ventes de terminaux mobiles en 2014 (smartphones et tablettes confondus), le fabricant français annonce son entrée au capital de Logic Instrument. Basée à Domont (Val-d’Oise), cette société fondée en 1987 concevait, à ses origines, des équipements de test pour l’industrie. Ses champs d’action se sont progressivement diversifiés pour converger vers l’informatique professionnelle durcie (ordinateurs portables Getac) et semi-durcie (gamme Tetra), utilisée essentiellement dans les transports, l’aéronautique et l’armée.

“Les synergies industrielles, commerciales et technologiques entre les deux sociétés doivent [nous] permettre de prendre rapidement des parts de marché importantes“, estime Jacques Gebran, directeur général de Logic Instrument. Loïc Poirier, son homologue chez Archos, ajoute : “Cette prise de participation est motivée par la volonté de répondre rapidement et de manière structurée à un besoin croissant exprimé par les professionnels recherchant des solutions personnalisées en mobilité“.

Ce rapprochement devrait être validé le 23 janvier par les actionnaires respectifs des deux entreprises, comme le note Silicon.fr. A l’issue de l’opération, Archos détiendra – moyennant un investissement de 3,6 millions d’euros – 48,9% du capital de Logic Instrument, qui apportera également ses compétences en matière de maintenance et de service client.

Sur un secteur déjà bien couvert par les poids lourds Samsung, Motorola, Panasonic et bien sûr Apple, Archos entend mettre ce savoir-faire à profit pour se distinguer via des offres personnalisées… et renouer avec les bénéfices, après une année 2012 conclue sur une perte nette de 38 millions d’euros (pour un chiffre d’affaires de 155 millions d’euros).

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous Archos ?

Crédit illustration : Stephen Finn – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur