Mobilité bancaire et néobanque : la grande distribution se prépare aussi

E-paiementMarketing
carrefour-banque-distribution-mobilite-bancaire

Carrefour, Orange, Fidor…Entre la France et l’Europe, la mobilité bancaire aiguise l’appétit d’acteurs aux profils éclectiques.

L’essor de “néobanques” est facilité par l’évolution du cadre législatif en France et en Europe.

Ainsi, l’application de la disposition de la mobilité bancaire – inscrite dans la loi Macron du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques – est devenue effective le 6 février 2017.

Elle est censée favoriser le transfert de comptes entre banques pour les usagers. Et les distributeurs s’organisent pour profiter de cet appel d’air.

Carrefour Banque (filiale du groupe de grande distribution, détenue à 40% par BNP Personal Finance, la branche crédit consommation du groupe bancaire connue sous la marque Cetelem) voudrait lancer un compte courant “disponible en rayon” dans son réseau marchand au sens large des hypermarchés jusqu’au Carrefour City de proximité. Ce qui fournira une visibilité bien au-delà de son parc d’agences bancaires dédiées (211 en France).

Pour entrer dans cette dimension de banque à distance, une offre sera dévoilée le 21 mars prochain avec une offre de “compte courant disponible en rayon et activable en ligne”, selon une invitation presse dévoilée par La Tribune.

Le site Web corporate de Carrefour Banque revendique “plus de 2,5 millions de clients Carte PASS” pour récompenser la fidélité clientèle.

La branche bancaire  revendique aussi “un encours global de crédits de 3,2 milliards d’euros ainsi qu’un total de 2,3 milliards d’euros détenus pour ses clients épargnant”.

Simultanément, les groupes Carrefour et BNP Paribas élaborent “une application de paiement mobile, multiservices, sécurisée et ouverte” qui devrait apparaître d’ici début 2017 avec des partenaires comme Crédit Mutuel – Fivory, Auchan avec Oney et Total (projet Wa!).

Carrefour Banque exploite déjà le paiement sans contact à travers PASS MasterCard (intégrant la fonctionnalité de paiement sans contact PayPass de MasterCard).

L’année 2017 devrait être dense en annonce de type “néobanques” sur fond d’arrivée d’Orange Bank sur le marché.

A moyen terme, on va assister à un renforcement gobal des fonctions de banque digitale des enseignes existantes comme La Banque Postale ou à des nouvelles déclinaisons locales comme Fidor Bank (start-up d’origine allemande, désormais propriété de BPCE).

Des pure players comme l’allemand N26 devraient renforcer sa prospection en France tandis que la start-up Morning, passée sous le contrôle de la banque Edel, pourrait servir de plateforme technologique pour assouvir les ambitions du groupe E.Leclerc dans la distribution d’offres bancairess.

Flexibilité en Europe : une passerelle numéro de mobile – IBAN

La bataille de cette mobilité bancaire se joue au niveau de l’Europe.

La Commission européenne planche sur la portabilité du numéro de compte bancaire ou comment conserver son numéro de compte lorsqu’on change de banque (sur un système similaire à celui observé au niveau des numéros mobiles). Un dossier qui devrait évoluer d’ici mi-2019.

Parallèlement, la Banque Centrale Européenne s’attelle à l’élaboration d’un système de paiement instantané paneuropéen, s’appuyant sur les numéros de téléphone mobile.

Ce service de virement P2P (de personne à personne) permettra d’exploiter le numéro de téléphone mobile du bénéficiaire comme équivalent de l’IBAN [International Bank Account Number, identifiant international d’un compte bancaire]. Une approche standardisée devrait apparaître d’ici la fin de l’année.

(Crédit photo : Carrefour Banque)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur