Mobilité et antipiratage : MPEG LA baisse le prix des licences OMA DRM

Mobilité

Les tarifs baissent de plus d’un tiers par rapport à l’offre initiale. Une victoire pour la GSM Association.

Après l’offre technique, l’offre commerciale. Après avoir validé la plate-forme de solutions antipiratage Open Mobile Alliance (OMA) DRM 1.0 (voir édition du 6 janvier 2005), MPEG LA, la société qui commercialise les licences MPEG, vient de revoir ses prix à la baisse. MPEG LA proposait un tarif de 1 dollar par terminal équipé des solutions de gestion de droits numérique OMA 1.0 et 1 % par transaction du montant du contenu commercialisé (voir édition du 6 janvier 2005). Les nouveaux tarifs seront de 0,65 dollar par terminal et de 0,25 dollar par an pour les transactions, payable par le diffuseur.

C’est donc une victoire pour la GSM Association, l’association des opérateurs mobiles dont les membres s’apprêtent à développer des services de diffusions de contenus audiovisuels (musique, clip vidéo, programmes télévisés, etc.) avec le développement de la téléphonie de troisième génération (3G ou UMTS). Les nouvelles conditions tarifaires proposées par MPEG LA devraient permettre aux opérateurs et diffuseurs de développer des offres accessibles commercialement tout en finançant suffisamment les travaux des industriels sur les solutions antipiratage.

Surtout, la formule proposée via OMA DRM 1.0 est présentée comme une licence globale qui répond à la majorité des besoins des opérateurs et évitera de longues et coûteuses négociations entre producteurs, diffuseurs de contenu et opérateurs. Enfin, les solutions DRM de Microsoft ou Real Networks pouvaient apparaître comme de futurs concurrents pour le MPEG LA. Ce dernier a donc consenti à revoir ses ambitions tarifaires afin de conserver les 650 opérateurs et 150 industriels de la GSM Association et leur 1,3 milliard d’utilisateurs dans le monde.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur