mogoRoad, un spyware iPhone ? Son éditeur ID Mobile se défend

CloudMobilitéSmartphones

Le P-DG de la société suisse qui exploite l’application mogoRoad répond à la polémique face à la grogne de la communauté iPhone.

Accusé de distribuer un spyware pour iPhone via son application mogoRoad, l’éditeur suisse ID Mobile organise sa défense.

Fin septembre, ce service mobile d’information trafic a été déférencé du catalogue App Store d’Apple car des détenteurs d’iPhone soupçonnaient l’équipe de mogoRoad de récupérer leurs coordonnées téléphoniques à leur insu dans la perspective de prospection commerciale.

Logiquement, cette présumée pratique douteuse a provoqué un tollé au sein de la communauté iPhone. Mais ID Mobile, la société suisse qui a développé mogoRoad pour tous les smartphones (BlackBerry, iPhone, terminaux Androïd ou Windows Mobile…), tient à rectifier cette “information erronée”.

Sur le site Internet de la société, Stéphane Blum, P-DG d’ID Mobile SA, assure que son application vedette “ne fait pas partie d’un ‘spyware’ ou d’un programme malicieux permettant d’usurper les coordonnées téléphoniques des utilisateurs en utilisant des techniques de (“hack” ou bidouille) afin de contourner les protections de l’iPhone”.

Le patron d’ID Mobile précise le système de collecte qui s’appuie sur un serveur centralisé traite les connexions du service mogoRoad pour l’ensemble des plate-formes (BlackBerry, J2ME, Windows Mobile, Android, iPhone).

“Par ce biais, nous pouvons identifier les numéros des abonnés mobiles suisses exclusivement (MSISDN identification). Nous le faisons de façon parfaitement légale et uniquement sur le marché suisse”, assure Stéphane Blum. “Dès lors, vous comprendrez que notre processus lié au serveur commun n’a aucun lien avec l’iPhone. Sur le plan technique c’est une simple connexion parmi d’autres qui est identifiée auprès de notre base de données.”

La procédure est-elle suffisamment transparente ? “ID Mobile SA ne s’est jamais caché d’appeler ses utilisateurs après une période de test, ceci est pratiqué depuis 2006 sur toutes les plates-formes mobiles, de façon parfaitement légale et professionnelle. Les informations collectées par ID Mobile SA ne sont jamais revendues ou transmises à des tiers”, justifie  Stéphane Blum. C’est mieux quand c’est dit effectivement.

A lire également : dossier spécial : l’effet iPhone 3G S


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur