MonNuage.fr survole le voyage en ligne

Mobilité

Issu d’un partenariat franco-espagnol, ce nouveau moteur de recherche de vols et d’hôtels à bas prix veut jouer sur l’exhaustivité des offres.

Les voyages forment la jeunesse… A 28 ans, François Michèle, a déjà travaillé trois ans en Espagne. Et c’est au cours d’une conférence internationale sur la publicité sur Internet qu’il a rencontré Raoul Jimenez, l’associé madrilène avec qui il a fondé MonNuage.fr en France et Minube.com dans la péninsule ibérique.

Les deux sites Internet sont en tous points identiques (sauf pour la langue, claro) : ce sont des comparateurs de prix pour les voyages, doublés d’une communauté permettant aux passionnés de dépaysement de partager leurs photos, leurs vidéos, leurs commentaires et leurs bons plans. En bêta depuis deux mois et demi, MonNuage.fr a ouvert ses portes au grand public mardi 27 novembre. Les rôles sont bien répartis : le marketing et le commercial sont assurés à Nantes, tandis que leur programmation informatique est réalisée à Madrid et au Mexique.

En tout cas, la concurrence, effrénée, qui règne sur le marché des voyages en ligne ne fait pas peur à François Michèle. “Par exemple, Kelkoo Voyage enregistre 900 000 visiteurs uniques par mois et Sprice 500 000, reconnaît-il. Mais Kelkoo ne s’est pas mis au goût du jour, tandis que Sprice n’a pas de communauté. De plus, nous estimons actuellement couvrir toutes les offres de voyages par avion disponibles sur le Net, contrairement à nos concurrents.”

De fait, une recherche rapide pour un vol Paris – San Francisco (aller le 20 juin 2008 et retour le 18 juillet 2008 pour 2 adultes et 3 enfants de 2 à 11 ans) donne MonNuage le moins cher avec un vol direct Delta Airlines à 2 833,05 euros (sur Last Minute.com), tandis que Kelkoo propose 2 989,67 euros (Air France/Northwest Airlines avec escale sur Terminal A) et Sprice 2 969,67 euros (Air France/Northwest Airlines avec escale sur Terminal A, également). Bien sûr, ces résultats ne sont qu’une indication au jour J (jeudi 29 novembre à 17H) et il faudrait les affiner en commandant réellement les billets…

La commission plutôt que la rémunération au clic

Le modèle économique de MonNuage est double : d’une part, une rémunération sous forme de commission (une somme fixe  ou un pourcentage) sur les ventes effectuées par son intermédiaire. “Nous avons préféré la commission plutôt que la rémunération au clic, car pour nos annonceurs, c’est la garantie que nous devrons tout mettre ne oeuvre pour être les meilleurs”, assure François Michèle.

Autre source de revenus : des publicités envoyées aux membres de la communauté (192 personnes le 29 novembre à 17H30). Elles seront ciblées en fonction de leurs profils, un peu sur le modèle de ce que fait FaceBook ou MySpace.

En termes d’objectifs d’audience, MonNuage.fr souhaite atteindre 300 000 visiteurs uniques par mois d’ici à juin 2008 (contre quelque 60 000 aujourd’hui, selon son fondateur).

“Nous avons auto-financé le développement technique des deux sites, qui a coûté 200 000 euros “, assure François Michèle. Le Net-entrepreneur explique avoir réinvesti tout l’argent qu’il a gagné grâce à FM e-Commerce, une agence spécialisée dans l’affiliation et la publicité qu’il avait déjà créée à Nantes.

Le site qui n’offre pour l’instant que les vols et les hôtels, devrait proposer les locations de voitures à la mi-décembre et les voyages packagés début janvier. Et, si tout se passe bien, des sites italien et portugais verront le jour au premier trimestre 2008.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur