Montres connectées: Fitbit croque Vector en un temps record après Pebble

EntrepriseFusions-acquisitionsMobilité
0 0

Fitbit renforce son pôle d’expertise dans les smartwatches avec l’acquisition de la start-up britannique Vector.

Fitbit renforce son expertise dans la conception de montres connectées mais aussi l’acquisition de compétences et de ressources logicielles associées.

Après avoir mis la main sur des actifs de Pebble pour 40 millions de dollars, le leader des wearable technologies a acquis Vector Watch, du nom d’une start-up basée à Londres et dotée d’une équipe de développement en Roumanie. Le montant de la transaction n’a pas été précisé.

La start-up s’est spécialisée dans les montres connectées à faible consommation électronique, avec à la clef une autonomie de 30 jours, grâce en particulier à l’utilisation d’écrans LCD à technologie e-ink.

L’analogie est assez frappante avec Pebble, qui exploitait une technologie similaire (dite e-paper) signée Sharp pour les écrans de ses smartwatches.

Tout comme Pebble, le support et la garantie des montres Vector  devraient être maintenus. Dans un billet de blog, Vector explique en mode FAQ que les accessoires et les montres de la marque peuvent toujours être achetés (notamment les modèles en édition limitée comme Luna, Meridian et BMW i).

En revanche, les montres Vector ne bénéficieront plus de mises à jour logicielles et resteront bloquées à la mouture 2.0 de Vector Watch (l’OS spécial « wearable technologies » développé par Vector).

Vector a su se démarquer en proposant des montres connectées bardées de technologies mais dotées d’un look classique. L’application compagnon a aussi pour avantage d’être compatible non seulement avec iOS et Android, mais également avec Windows Phone.

A l’instar des Pebble, elles évoluent sous leur propre OS et il existe également une API pour les développeurs, leur permettant de créer leurs propres applications et Watch Faces (les cadrans numériques).

vector-fitbit

Rachat par Fitbit : un moyen de viser plus haut ?

Vector se félicite du rapprochement réalisé avec Fitbit, considérant qu’il s’agit d’un moyen de consolider les développements : « Il s’agit d’une étape importante pour concevoir de nouveaux et étonnants produits, des fonctionnalités et des expériences, en intégrant notre technologie unique et notre savoir-faire avec l’expérience de Fitbit et la communauté mondiale. »

Selon Crunchbase, un cumul de 12 millions de dollars avait été injecté dans Vector Watch, en particulier par le biais de Gecad Ventures.

La start-up a été créée par Andrei Pitis (CTO), qui s’était auparavant illustré en étant businesss angel. Il a notamment investi dans Clever Taxi (appli permettant de héler un taxi) et I-Rewind (application capture vidéo). On le retrouve également aux côtés de Bogdan Mordache dans la co-fondation de Tech Angels et d’Innovation Labs à Bucarest (Roumanie).

Vector était parvenue à fédérer une équipe de spécialistes : Joe Santana (ancien CEO de Timex), Steve Jarvis (Directeur du design et ancien responsable de création sur des projets pour Times et Nike FuelBand), Ron Spencer (COO, ex-Bulova du nom d’une filiale de Fossil). Ces talents vont-il rester dans la bulle Fitbit ?

Selon IDC (classement du troisième trimestre 2016), FitBit demeure le leader dans la distribution de produits de type wearables technologies (intégrant les capteurs d’activité mais aussi les montres connectées) en détenant 23% de part de marché. La société américaine devance Xiaomi (16,5%), Garmin (5,7%), Samsung (4,5%) et Apple (4,9% avec sa gamme Apple Watch).

Le segment de marché de la montre connectée demeure actif en termes d’innovation. Illustration avec la nouvelle montre connectée Misfit Vapor qui s’émancipe du smartphone, tout en conservant une autonomie décente.

(Crédit photo : modèle VECTOR LUNA SMART WATCH)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur