La mort de l’antivirus est un peu exagérée pour le cas de Symantec

CloudEntreprise
symantec-norton-antivirus

Un ponte de Symantec considère que l’antivirus est un outil de sécurité désuet et qu’il n’y a plus de business à faire dessus. Il faut nuancer.

“L’antivirus est mort”, selon Symantec. Vraiment ? Cette assertion, devenue une platitude, continue donc de circuler dans l’univers de la sécurité IT. Et c’est Brian Dye, en qualité de Senior Vice President en charge de la sécurité de l’information chez Symantec, qui s’y colle.

Dans un entretien accordé au Wall Street Journal, le représentant de l’éditeur de solutions de sécurité IT (leader mondial) considère qu’il faut désormais dépasser la simple approche antivirus sur les postes de travail pour monter une protection plus globale des systèmes d’information. Une véritable politique de sécurité périmétrique, pourrait-on dire.

Brian Dye considère que les logiciels antivirus ne parviennent à stopper que 45% des attaques par diffusion de malware. C’est donc partiellement inefficace d’un point de vue technique et il ne serait plus possible de gagner de l’argent avec. C’est inquiétant pour Norton du nom de l’outil antivirus destiné à la cible grand public qui va devoir changer de modèle économique. Notamment en raison de la concurrence des logiciels gratuits comme Avast ou AVG.

Néanmoins, pour Symantec, le business des logiciels antivirus représente encore 40% de son chiffre d’affaires, selon le Wall Street Journal. Non négligeable sur un chiffre d’affaires global en 2013 de 6,9 milliards de dollars. Il faudra donc affiner l’approche pour éviter une perte sèche en cas de retournement de modèle économique.

Ces tergiversations de Symantec illustrent l’instabilité actuelle du management. Ainsi, en mars, Michael Brown a remplacé Steve Bennett au poste de CEO.

Symantec : parier sur des solutions de sécurité IT à valeur ajoutée

Symantec a d’autres cordes son arc avec la cible des entreprises. Elle accentue son approche dans le cloud, comme le soulignait encore Eric Soares, Vice-Président de Symantec France, lors de la dernière édition des Assises de la sécurité (voir vidéo ci-dessous).

Les attaques ciblées et sophistiquées (APT ou Avanced Persistent Threat) et les failles zero day constituent autant de plaies plus difficiles à détecter et à repousser.

Dans la 19ème édition du rapport ISTR de Symantec publiée en avril qui analyse l’ensemble des menaces de sécurité Internet, il est souligné une “sophistication croissante des menaces, une forte augmentation du nombre de vulnérabilités et des attaques web ciblées”.

L’éditeur de solutions de sécurité IT recense un nombre de violations de données en hausse de 62 % par rapport à l’an passé: 253 cas recensés et plus de 552 millions d’identités exposées.

Eric SOARES – Symantec : “Cloud et sécurité IT : ce sont les clients qui nous ont fait évoluer”

Quiz : Connaissez-vous les nouvelles versions 2013 des outils de sécurité IT ?

Credit photo : Shutterstock.com –  Copyright: dencg


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur