Moteur : finalement, le projet Quaero sort du placard

Cloud

Ce programme R&D de recherche multimédia, soutenu par un consortium high-tech franco-allemand, reçoit une subvention de l’UE de 99 millions d’euros.

Est-ce vraiment le départ du projet Quaero du nom d’un programme R&D lié à la recherche multimédia (“Le Google européen”, avait-on osé proclamer un peu trop rapidement) et développé par un consortium d’acteurs high-tech à mi-chemin entre la France et l’Allemagne ?

Le 11 mars, la Commission européenne a approuvé son financement public. L’aide, décidée par l’ex-Agence de l’innovation industrielle et d’un montant de 99 millions d’euros, sera gérée par OSEO, l’agence nationale dédiée à l’innovation en entreprise. “Une somme équivalente sera apportée par les membres du consortium, ce qui conduira à un investissement total d’environ 200 millions d’euros dans des projets de recherche innovants”, précise le communiqué de presse.

Cette décision panaeuropéenne permet de relancer ce programme R&D centré sur l’usage de contenus numériques vraiment multimédias (textes, paroles, images, musique, vidéos) et comprend différents angles comme l’extraction automatique d’informations, son analyse, sa classification…en vue d’une exploitation grand public ou professionnelle.

Cinq pistes d’exploration ont été dessinées au nom de Quaero : recherche multimédias sur Internet, enrichissement des services d’accès aux contenus audiovisuels sur les portails, sélection et diffusion personnalisées de vidéos, gestion de ressources audiovisuelles professionnelles, numérisation et enrichissement des contenus des bibliothèques, du patrimoine audiovisuel et de l’édition scientifique.

Une quinzaine d’acteurs dans la boucle

Signe concret d’un partenariat TIC franco-allemand ? Sous la coordination de Thomson, le consortium Quaero se compose d’acteurs high-tech issus des deux pays en provenance du secteur public ou privé (voir tableau ci-dessous).

On peut dire que le projet Quaero revient de loin. On le croyait enterré compte tenu de l’intérêt de la Commission européenne vis-à-vis d’un autre projet de moteur sur Internet : Theseus, soutenu par Berlin. En juillet 2007, ce projet avait bénéficié d’une subvention européenne de 120 millions d’euros.

De plus, Quaero avait été initialement soutenu par l’Agence française de l’Innovation Industrielle, une structure de soutien de financement de la R&D créée en 2006 qui a été fondue au sein d’OSEO depuis le 1er janvier 2008.Quaero : qui développe le projet ?

Acteurs TIC du secteur privé Thomson, France Télécom, Jouve, Bertin, Exalead, LTU, Synapse, Vecsys
Institut de recherches CNRS (INIST, LIMSI, IMMI), INRIA, Institut Telecom, IRCAM, l’IRIT, LIPN, MIG-INRA, Université
Joseph Fourier, Université de Karlsruhe, Université RWTH d’Aix-la-Chapelle
Organismes publics BnF, DGA, Ina, LNE

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur