Moteur : IAC n’investira plus dans Ask.com

Cloud

IAC arrête les développements réalisés par les ingénieurs du groupe sur son moteur Ask.com, en raison des coûts faramineux associés et la prédominance de Google et de Bing dans la recherche en ligne.

InterActiveCorp (IAC), conglomérat américain d’entreprises Internet (propriété du milliardaire Barry Diller), annonce l’arrêt des développements sur son moteur Ask.com.

Il renonce ainsi à poursuivre la course engagée pour détrôner Google et Bing (Microsoft) dans le secteur très concurrentiel de la recherche en ligne.

Néanmoins, Ask.com devrait proposer des résultats de recherche Web à partir d’une technologie de l’un de ses rivaux.

On ne sait pas pour l’heure qui sera retenu au final. Néanmoins, il existe un accord liant Google et Ask dans le domaine des liens commerciaux.

Avec ce revirement, IAC devrait se séparer de tout ou partie des 130 ingénieurs qui étaient chargés de développer le moteur, ainsi que des milliers de serveurs stockés dans différents centres de données (l’un d’entre eux était dédié à l’exploitation du moteur).

“Le développement d’une technologie de recherche s’est banalisée (…) Continuer à investir nos propres ressources pour faire de la recherche sur le Web n’a plus de sens car le développement est coûteux et n’aboutit pas à un produit différent”, a expliqué Doug Leeds, président de Ask, cité par Reuters.

Le dirigeant d’Ask.com précise que qu’une partie des ressources dédiées au développement devrait se concentrer sur la conception d’un outil qui sera à même de répondre de façon précise aux questions exprimées par les internautes dans leur navigateur.

“C’est un domaine dans lequel nous pouvons nous différencier de nos trois principaux concurrents”, justifie Doug Leeds.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur