Motion, nouvelle brique de la solution vidéo d’Apple

Cloud

Avec un nouveau logiciel de conception d’effets vidéo, Apple enrichit son offre en matière de création de contenus. Et encourage l’adoption des G5 dans les studios de production.

L’annonce de la nouvelle application professionnelle Motion au NAB, le 18 avril dernier, n’a pas suscité plus de réactions que les habituelles descriptions de presse. Pourtant, l’application – qui doit être commercialisée cet été pour 299 dollars – s’attaque directement à After Effects, produit concurrent d’Adobe. Plus simple que ce dernier, Motion pourrait bien trouver son public, y compris parmi les réalisateurs qui ne se frottent pourtant pas souvent au domaine du compositing. Logiciel professionnel de conception d’effets vidéo, Motion est destiné à s’intégrer aux autres applications du marché professionnel qu’Apple exploite déjà : Final Cut Pro HD (voir édition du 23 avril 2004), DVD Studio Pro, Shake et Logic. Comme d’habitude chez Apple, Motion permet d’être utilisé sans connaître les subtilités des images clés, des calques et autres effets complexes de composition  mais si nécessaire, les spécialistes y ont accès. Motion est surtout destiné à être utilisé dans le cadre de la collaboration d’une équipe de production. Il est ainsi possible de travailler avec des timelines complètes de Final Cut Pro (voir édition du 17 juillet 2003). Une solution complète construite autour de Xsan, quand celui-ci sera disponible en cours d’année (voir édition du 21 avril 2004), permettra de faire avancer un projet de création en parallèle sur le montage, les effets spéciaux, la musique et le compositing. Cerise sur le gâteau : Motion peut exploiter les filtres d’After Effects, tout autant que les calques provenant de Photoshop.

De l’analogique au tout-numérique

Si Motion risque bien de gêner Adobe dans le monde Mac, Apple entend surtout dominer la production de contenus vidéo. C’est en effet la principale bataille qui attend l’industrie du divertissement et les sociétés développant des solutions numériques dans les mois et les années à venir (voir édition du 21 juillet 2003). L’enjeu est simple : abandonner l’analogique pour passer complètement au numérique et permettre ainsi une distribution simplifiée des productions. L’aura de Steve Jobs dans le secteur, consolidée par les succès de l’iTunes Music Store et sa réussite avec la société Pixar, place Apple dans une position unique sur ce marché qui devrait devenir encore plus important avec l’arrivée de la VOD (video on demand, vidéo à la demande). Tous les autres acteurs du marché informatique ont compris que la maîtrise des technologies de création de contenu doit avoir, à terme, des débouchés mirifiques dans le grand public. Le forcing de la firme sur le Mpeg-4, qui doit être renouvelé sous peu dans QuickTime, participe de cette stratégie (voir édition du 20 avril 2004). Mais Motion est également l’occasion pour Apple de faire adopter le G5 à ses clients du secteur. L’application est annoncée comme devant être utilisée avec ce type de machine et la dernière version de Mac OS X pour obtenir les résultats escomptés. La diffusion de Motion, de Final Cut Pro HD – fourni gratuitement aux utilisateurs de Final Cut Pro 4 – et de Xsan devrait servir d’effet de levier à la firme pour vendre ses machines.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur