Motorola va passer des mains de Google à Lenovo

MobilitéOS mobilesRégulations
motorola-mobility-google-lenovo

Google annonce la reprise des activités de Motorola Mobility par Lenovo pour 2,91 milliards de dollars. Comment justifier un tel transfert pour Google ? Et comment interpréter la manoeuvre de Lenovo ?

C’était la surprise du mercredi soir : Larry Page annonce sur le blog officiel de Google la cession de Motorola Mobility à Lenovo. Montant de la transaction : 2,91 milliards de dollars. Cette opération d’extraction est annoncée juste avant la publication des résultats trimestriels du groupe Internet.

Comment le CEO de Google justifie-t-il un tel transfert seulement 19 mois après l’acquisition de Motorola (bouclée en mai 2012) ? “Le marché des smartphones est super compétitif (…) Nous pensons que Motorola sera mieux exploité par Lenovo, qui monte dans ce business comme il l’a fait sur le marché de de la fabrication des PC.”

Si Google se désengage du hardware, c’est pour mieux se concentrer sur l’écosystème et l’innovation associées à Android, assure Larry Page. Néanmoins, la firme Internet de Mountain View conserve les brevets de l’ère Motorola. Un actif trop précieux dans la bataille de la mobilité et dans la féroce concurrence entre écosystème d’OS mobiles.

C’est d’ailleurs la propriété intellectuelle inhérente à Motorola qui explique l’assaut de Google en 2012 sur la firme télécoms américaine (12,5 milliards de dollars). Ce qui ne l’a pas empêché de lancer de nouveaux modèles de smartphones comme le Moto-X (avec un succès très relatif pour le terminal “made in USA”).

Motorola : la marque serait conservée par Lenovo

En accueillant Motorola, Lenovo pourrait devenir un acteur majeur de la sphère Android. “Ils ont une grande expérience du hardware et une vision globale”, estime Larry Page. La marque Motorola devrait continuer à faire l’objet d’une exploitation par la firme high-tech chinoise. Néanmoins, il faut que les autorités de régulation américaine et chinoise valide l’accord Google – Lenovo.

Si l’annonce de Google est surprenante, le nom du repreneur l’est tout autant. Certes, on connaissait l’ambition de Lenovo de monter sur le marché des smartphones. Actuellement, on le crédite d’une part de marché de 5,1% au niveau monde. Loin derrière Apple (12,1%) et Samsung (32,1%). Mais, à ce rythme, le classement pourrait évoluer rapidement.

C’est également vertigineux d’un autre point de vue car Lenovo a annoncé en début de semaine son intention d’acquérir la division des serveurs x86 d’entrée de gamme d’IBM pour 2,3 milliards de dollars. C’est décidément une semaine très dispendieuse pour la firme chinoise.

Quiz : Géants du high-tech : savez-vous où ils se trouvent ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur