Motos-taxis : Uber tente une percée en Asie

Apps mobilesMobilité
ubermoto-bangkok
1 6

Uber expérimente, en Thaïlande, une offre de motos-taxis… comme celle un temps exploitée à Paris. Pourquoi avoir choisi ce marché ?

Doit-on définir Uber comme une application VTC ou comme un opérateur global de mobilité urbaine ?

Le deuxième choix semble plus approprié au regard de l’exploitation que la société américaine fait de sa plate-forme numérique de mise en relation de chauffeurs et de particuliers. Tout particulièrement en matière d’ouverture à de nouveaux moyens de transport.

Illustration avec l’offre UberMOTO, lancée ce mercredi en projet pilote à Bangkok (Thaïlande).

On reste sur le principe de réservation de trajets via l’app mobile, mais les voitures sont remplacées par des deux-roues. Plus précisément des motos-taxis, très populaires dans les villes d’Asie du Sud-Est.

Les courses sont facturées 3,50 dollars du kilomètre et 85 centimes la minute, auxquels s’ajoutent des frais fixes de 10 dollars (c’est également la somme à payer en cas d’annulation d’un trajet).

Étant obligatoire à Bangkok, le casque est fourni aux passagers, qui peut consulter, avant d’embarquer, des détails sur le conducteur et sa moto.

Le périmètre d’expérimentation se limitera initialement à quelques quartiers de la ville. Une extension jusqu’en banlieue est prévue dans les prochaines semaines. Uber prévient que pendant un temps, l’offre risque d’être supérieure à la demande et qu’il faudra probablement s’y reprendre à plusieurs fois pour réserver.

Pourquoi avoir choisi Bangkok ? C’est le terrain d’expérimentation idéal à en croire les statistiques du Bureau national des transports en Thaïlande : les trajets entre domicile et bureau durent en moyenne 2 heures par jour, à une vitesse de 16 km/h (11 km/h en heures de pointe).

Le principal concurrent sur ce marché se nomme GrabTaxi. La société, créée en juin 2011 en Malaisie sous le nom MyTeksi, est aujourd’hui basée à Singapour. Elle a levé plus d’un demi-milliard de dollars depuis sa création et dispose, en Asie du Sud-Est, d’un réseau de plus de 100 000 chauffeurs.

Uber avait déjà testé un service de motos-taxis à Paris. C’était à la rentrée 2012, avec un groupe de chauffeurs professionnels. La tarification était la suivante : 1,10 euro la minute pour des vitesses inférieures ou égales à 25 km/h et 2,60 au-delà, avec des forfaits aéroports (80 euros de Paris à Orly ; 100 euros vers Roissy).

Aujourd’hui, plus de nouvelles de cette offre positionnée sur le même créneau qu’un MotoCAB ou un YoCAB. Nous sommes en attente d’un retour d’Uber sur ce point.

Crédit photo : lmaake – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur