Mouvement de grève important chez Freescale à Toulouse

Mobilité

Le personnel du site toulousain de Freescale proteste contre la vaste restructuration dans la production de puces pour la téléphonie mobile et, à moyen terme, pour le secteur automobile.

L’usine Freescale située à Toulouse (Haute-Garonne) tourne au ralenti. La majorité du personnel (“80%” selon un représentant de la CGT interrogé par l’AFP) a choisi de se mettre en grève reconductible en raison d’une vaste restructuration qui se déroule actuellement.

D’ici fin septembre, le fabricant américain de semi-conducteurs compte licencier 236 salariés de son pôle téléphonie mobile dans son établissement toulousain qui compte un effectif total de 1650 salariés.

L’avenir est plutôt sombre : en 2011, la firme américaine compte stopper la fabrication de puces pour l’automobile à Toulouse. Ce qui devrait entraîner la suppression de 800 emplois supplémentaires. A terme, il ne devrait rester que l’activité R&D (550 salariés).

D’un côté, la direction de Freescale (l’ex-branche de Motorola dans les semi-conducteurs) assure qu’elle fournit des efforts pour reclasser les collaborateurs touchés par le plan. De l’autre, les représentants des syndicats maintiennent la pression pour obtenir des primes de licenciement “décentes”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur