MP3Pro : meilleur que le MP3 mais compatible

Cloud

Un son plus clair, des fichiers moins volumineux, voilà tout simplement ce que promet MP3Pro, la prochaine version du standard de compression de la musique numérique. Dommage, on ne connaît pas encore la date précise de sa disponibilité. WMA et autres Bluematter n’ont qu’à bien se tenir.

En matière de musique sur Internet, trois formats tiennent actuellement le haut du pavé. MP3 est le leader incontesté en matière de téléchargement. Real Audio domine le secteur de l’écoute en streaming. WMA de Microsoft tente de se faire une place au soleil et, en vertu de l’aura de son géniteur, s’insinue dans les principaux baladeurs et sites de diffusion musicale. Mais pas un mois ne se passe sans que l’on n’apprenne qu’un nouveau format pointe à l’horizon : Blue Matter pour Universal qui sera sécurisé (voir édition du 11 janvier 2001), Mp3i de First International Digital qui synchronise des données graphiques avec la musique… Dernier en date, Thomson Multimédia vient d’annoncer le MP3pro.

Une meilleure qualité avec une taille de fichier deux fois moindre

MP3Pro fait d’emblée une entrée en force. En premier lieu, il capitalise sur le label MP3, devenu bon gré mal gré synonyme de musique sur Internet – plus d’un milliard de fichiers seraient téléchargés chaque mois, à en croire un communiqué de Coding Technologies. En second lieu, ce format proposerait une fidélité supérieure au MP3 actuel mais avec une taille de fichier divisée par deux. A l’heure actuelle, les soupirs de Madonna comme les accents rageurs d’Eminem sont le plus souvent encodés à la vitesse de 128 kbit/s. MP3Pro promet une meilleure qualité de restitution tout en codant à une vitesse de 64 kbit/s. La taille moyenne d’un fichier (environ 3,5 Mo) descendrait au-dessous de 2 Mo. Ainsi, sur une carte Flash de 64 Mo, il serait possible de stocker une trentaine de chansons de 4 minutes au lieu d’une quinzaine. Des chiffres à multiplier par 10 dans le cas d’un CD-Rom…

Le deuxième facteur qui plaide en faveur du MP3Pro tient dans une stratégie intelligente en matière de compatibilité. Bien évidemment, les futurs lecteurs MP3Pro sauront lire les fichiers MP3, mais personne ne s’en étonnera. Mais un lecteur MP3 actuel (matériel ou logiciel) pourra également lire les fichiers MP3Pro, avec bien évidemment, une qualité de restitution réduite – seul un appareil équipé du codec (compression-décompression) MP3Pro saura rendre grâce à de tels fichiers. Il demeure que la compatibilité est préservée et qu’elle peut assurer une transition en douceur pour le consommateur.

Thomson Multimédia exploitera la licence du MP3Pro

Si Thomson Multimédia est particulièrement bien armée pour cette entrée dans l’arène musicale, c’est parce que le groupe détient la licence du format MP3. Rappelons qu’il la vend aux fabricants de baladeurs comme aux éditeurs de logiciels. Or, comme nous le confirme Jean Loup Bourgois de Thomson, il en sera de même pour le MP3Pro. Lorsque l’on sait qu’un million de baladeurs sont déjà en circulation et que ce marché est appelé à s’ouvrir, on perçoit mieux l’intérêt du groupe. MP3Pro est développé par Coding Technologies, une entité issue d’un partenariat entre une société suédoise spécialisée dans la compression audio et une société issue du Fraunhofer Institute, créateur du format originel. Le codec sera disponible pour Windows, Mac et Linux.

Le MP3Pro arriverait-il trop tard, eu égard à la popularité de l’original ? Pas si sûr. Lors de la conférence de presse annonçant la sortie du site Balanceleson.com, Pascal Nègre, qui préside Universal France, a tenu à le spécifier : “Arriver le premier n’est pas toujours essentiel. Ce qui importe, c’est d’arriver au bon moment, lorsque le marché décolle.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur