Multiplication des portails pour entreprise

Cloud
Information - news

Plusieurs grands éditeurs présentent leur offre de serveurs dédiés aux portails d’entreprise, pour accéder depuis un navigateur Internet à la recherche d’informations ou à des applications internes.

Tandis que Dell se lance dans l’hébergement d’applications, une cohorte d’éditeurs préparent l’arrivée de serveurs dédiés aux portails d’entreprise. Ainsi, l’alliance Sun-Netscape, rebaptisée iPlanet, vient de préciser son offre Portal Server. Destinée aux entreprises, elle permet de concevoir des portails spécialisés pour favoriser la circulation de l’information entre les salariés ou créer des services de commerce électronique au sein d’une relation client-fournisseur.

L’iPlanet Portal Server cible avant tout les entreprises, avec une version Service Provider tournée vers les professionnels de l’hébergement d’applications. La vocation du portail étant de rassembler des informations personnalisées, l’annuaire Directory Server, compatible avec le format LDAP, permet d’authentifier les utilisateurs et d’autoriser l’accès à certains services. Les applications peuvent tourner sur des serveurs NT, Unix ou de gros systèmes. Cela dit, bon nombre d’entre elles font simplement appel au HTML ou au XML, par exemple pour consulter des fichiers en relation avec une base de données. Le coût d’iPlanet Portal Server est de 10 dollars (environ 65 francs) par utilisateur.

De son côté, l’éditeur Sybase présente une offre similaire (voir édition du 17 février 2000). Comme chez la plupart de ses concurrents, Sybase Enterprise Portal permet d’associer des données internes à différentes sources d’information, comme des dépêches d’actualité, la circulation routière ou la météo. L’éditeur met en lumière la compatibilité de son serveur pour exploiter des progiciels de gestion intégrée (ERP) ou de suivi de la relation avec la clientèle (CRM). Des partenariats ont été noués avec des sociétés comme SAP ou PeopleSoft pour améliorer la prise en compte d’applications externes. Sybase s’est rapproché notamment de Vignette, éditeur du serveur de contenus StoryServer (voir édition du 21 février 2000) ou d’Autonomy Corporation, spécialisé dans la recherche d’informations.

Sybase met en avant une forte disponibilité de son serveur, qui peut être configuré pour que des composants redondants prennent le relais en cas de panne. Le serveur intègre des fonctions de contrôle de charge (load balancing) et supporte la mise en grappe (cluster) pour les applications très sollicitées.

Le serveur de Sybase ne sera disponible qu’en avril sur le continent américain. Comme chez iPlanet, les dates de disponibilité et les prix ne sont pas communiqués pour la France.

Chez l’éditeur Hummingbird, on peaufine actuellement la tarification de la version française d’Enterprise Information Portal. Cet espace d’information, accessible depuis un navigateur Web en fournissant un mode de passe, fournit là encore l’accès à des applications et des contenus d’information. Une arborescence dans une fenêtre sur le bord gauche du navigateur recense les différentes rubriques, pour lancer une application de gestion ou retrouver un catalogue de produits. Selon Hummingbird, l’interface offre une porte d’entrée unique pour relever son courrier électronique sous plusieurs adresses, avec des comptes gérés sous Lotus Notes, Microsoft Exchange, Hotmail.com, etc.

La tarification d’Enterprise Information Portal n’est pas encore définie pour la France, en partie parce que l’application ne sera guère déployée largement avant le troisième trimestre. A titre d’information, le coût aux Etats-Unis est de 150 000 dollars pour 500 postes clients.

La mouvance des portails personnalisés touche aussi les terminaux sans fil. Le géant des bases de données Oracle doit prochainement lancer un portail sous le nom OracleMobile.com. Même si ce nom Internet est déjà la propriété de la société Sage Networks, Oracle aurait déjà signé des partenariats avec Amazon ou E-Trade pour alimenter ce carrefour de l’information. Le site peut être administré depuis un PC ou un agenda de poche par son utilisateur, par exemple pour générer des raccourcis. Il vaut mieux, car taper l’adresse “www.oraclemobile.com” sur le petit pavé numérique d’un portable demande pas moins de 37 pressions de touches ! Il faudra donc un peu de temps avant de vouloir y placer toutes ses adresses et autres mémos.

Pour en savoir plus :

* iPlanet

* Hummingbird

* Le site Oramobile

* Le faux site Oraclemobile


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur