Musique en ligne : Apple fourbit ses armes

Mobilité

La rumeur d’un service de musique en ligne signé Apple a chauffé les esprits à blanc ! Le moindre mouvement des potentiels acteurs impliqués est décortiqué à l’envi dans l’espoir d’une confirmation. Il faut dire qu’Apple elle-même a préparé les esprits à une telle éventualité…

Aucun site anglo-saxon n’a loupé le coche : la rumeur du lancement d’un service de téléchargement de musique en ligne signé Apple a taraudé les esprits des commentateurs, bien au-delà de la sphère strictement Mac. Avec le (tardif) renouvellement de l’iPod en embuscade, la potentielle utilisation du nom de domaine “iTunes” et la rumeur d’un rachat ou d’une participation dans Universal Music (voir édition du 14 avril 2003), beaucoup d’huile a été jetée sur le feu ! Trop sans doute… A tel point qu’après le démenti mou de Steve Jobs, des témoignages de commentaires de proches du dossier, dont Claude Bébéar, qui siège au conseil d’administration d’Universal Music, n’ont pas manqué d’apparaître. Cette vague de rumeurs ne peut signifier qu’une chose : Apple a vraisemblablement orchestré en partie ce qu’on appelle couramment dans le métier une opération de marketing viral ou buzz marketing, mêlée à des actions de diffusion de rumeurs. La plus récente, qui n’est même plus aujourd’hui de l’ordre de la rumeur, concerne la presse. Apple l’a invitée ce lundi 28 avril avec comme slogan “De la musique pour vos oreilles” (music to your ears). Pour résumer, la firme entend bien en mettre plein la vue ! Ce type d’opération orchestrée par Apple rappelle les lancements de l’iMac G4 ou du tout premier iMac.

?Mac, iTunes, 1-Click

D’autres indices laissent à penser que le service en ligne d’Apple, ?Mac, va se bonifier sous peu. Depuis le 22 avril, Apple a unifié les informations de connexion aux divers services de son site. On peut désormais utiliser son adresse e-mail ?Mac et sont mot de passe pour accéder à tous les services Apple ID, comme le support, l’Apple Store et les achats iPhoto 1-Click. L’opération, réalisée de façon transparente pour les utilisateurs, a quand même généré quelques réactions : “J’espère que cela ne signifie pas qu’il me faudra changer mon mot de passe tout le temps avec une identification Apple et essayer de me rappeler toutes les règles de ce qu’elle peut et ne peut pas contenir. S’il ne s’agit que du mot de passe de mon compte ?Mac, ce sera merveilleux”, balbutiait ce 23 avril un lecteur de MacSlash visiblement perdu. L’opération, peu reprise par les médias, implique notamment que les informations de paiement du compte ?Mac sont utilisables avec un compte 1-Click, “ce qui rendra vos futurs achats rapides et faciles” précise Apple. Ajoutons que les achats 1-Click sont possibles par le biais d’iPhoto et que la technique, achetée par Apple auprès d’Amazon.com (voir édition du 19 septembre 2000) est réputée comme le système d’achat en ligne le plus facile d’utilisation. Pourquoi ne pas l’intégrer dès lors à… une prochaine version d’iTunes ?

Une chose commence donc à se profiler : iTunes et peut-être le compte ?Mac risquent d’être mis à contribution dans le service en ligne de la firme. En amont de ces outils, l’éventuel service de distribution de musique pose énormément de questions : quels morceaux de musique seront accessibles et quels seront les droits d’utilisation desdits morceaux téléchargés (voir édition du 24 février 2003) ? Inutile d’épiloguer, les réponses seront données lundi 28 avril. Reste que si la rumeur s’avère, la contribution des maisons de disques, dont le système d’Apple aurait soulevé l’admiration, sera la bienvenue. En fait, alors que le constructeur de Mac cherche à se dégager de sources de revenus uniquement générées par ses ordinateurs, les majors se demandent quelle attitude adopter auprès de leurs propres clients consommateurs de musique. L’expérience légendaire de fidélisation d’Apple n’est pas pour leur déplaire et si la firme invente le modèle économique qui fera passer les utilisateurs de Kazaa pour des escrocs, elles l’adopteront comme un seul homme. Les conséquences directes ne manquent pas : si cela fonctionne, Apple imposera en aval son format Mpeg-4 (voir édition du 21 janvier 2003), ce qui donnera du fil à retordre à deux de ses concurrents, Microsoft et RealNetworks. D’autant plus que le Mpeg-4 est utilisable sur les réseaux de téléphonie cellulaire grâce à un partenariat Apple-Sun-Ericsson et qu’il a été retenu pour l’iMode ! Un système dans lequel le téléphone portable servirait à acheter des morceaux et à les écouter dans la rue avant de les télécharger sur un ordinateur n’est donc plus du domaine de l’improbable ! RealNetWorks, qui a également adopté le Mpeg-4 (voir édition du 11 décembre 2001) vient d’ailleurs d’annoncer le rachat de Listen.com pour augmenter la taille de ses services. Face à ces manoeuvres, si Microsoft n’a toujours pas réagi, nul doute qu’il ne tardera pas à le faire !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur