Musique : Spotify perd de l’argent mais reste ambitieux

Cloud

Spotify, service européen de musique en streaming, n’arrive pas à atteindre un seuil de rentabilité. Il vise toujours le marché américain, difficile d’accès.

Spotify semble rencontrer des soucis pour parvenir à un seuil de rentabilité économique.

Cette société suédoise, qui exploite en Europe un service d’écoute de musique en mode gratuit (financé par la publicité) ou sous forme d’abonnements payants, est accessible sur PC ou smartphones (iPhone, Android et Symbian et Windows Mobile 6 en attendant Windows Phone 7).

Mi-2010, Spotify recensait 7 millions d’utilisateurs en Europe (il aurait atteint la barre des 10 millions désormais) et une fourchette de 250 000 à 320 000 abonnés premium.

Mais les résultats financiers ne suivraient pas selon Music Ally. En 2009, Spotify a réalisé un chiffre d’affaires de 13,2 millions d’euros et essuie une perte de 19 millions.

Spotify serait victime des avances exigées par les majors et des conditions d’exploitation (commission à verser par morceau écouté, que ce soit en accès gratuit ou en mode payant).

Ainsi, en 2010, le montant de la rétribution globale destinée aux maisons de disques se serait élevé à 30 millions d’euros.

Parallèlement, Spotify affiche toujours l’ambition de se lancer aux États-Unis pour élargir son audience.

Mais il rencontre des réticences de la part des majors peu enclines à ouvrir leur catalogue.

De plus, Apple ne voit pas d’un bon œil l’arrivée de ce concurrent venu d’Europe susceptible de casser la dynamique iTunes.

Encore récemment, on entendait des rumeurs de rachat de Spotify par Apple. Mais l’information a été démentie.

Spotify serait donc toujours en train de rechercher des fonds pour poursuivre l’aventure.

Depuis son premier tour de table initial d’un montant de 8 millions d’euros, la société cultive une certaine discrétion sur la question du financement.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur