Musique en streaming : Echo Nest va résonner chez Spotify

Régulations
spotify-the-echo-nest

En rachetant l’Américain Echo Nest et ses technologies de recommandation musicale accessibles au moyen d’une API, Spotify franchit une étape supplémentaire dans sa stratégie d’ouverture aux développeurs tiers.

Quoique valorisé à 4 milliards de dollars et pressenti pour viser la Bourse à court terme, Spotify reste en quête de rentabilité plus de cinq ans après ses débuts sur le marché ultra-concurrentiel de la musique en streaming.

De ses 26 millions d’utilisateurs revendiqués au 31 décembre 2013, plus des trois quarts n’ont pas souscrit d’offre payante (il existe deux formules, à 4,99 et 9,99 euros TTC par mois). Pour convertir ce vivier en abonnés Premium, la plate-forme d’origine suédoise a porté sa stratégie sur le mobile. Mais elle a aussi révisé son positionnement dans l’écosystème Web.

Récemment abordée avec le lancement d’un premier SDK pour iOS permettant d’intégrer, dans des applications tierces, des fonctions de lecture et de recherche de musique, la question de l’ouverture aux développeurs s’illustre à nouveau avec le rachat de The Echo Nest. Basée à Somerville (banlieue de Boston) avec une implantation à San Francisco, cette société qui soufflera bientôt sa 9e bougie s’est fait connaître pour son moteur de recommandation de contenus.

Exploitable à travers une interface de programmation logicielle (API), cette technologie est au coeur de l’offre de certains concurrents comme Deezer, Rdio, Rhapsody et Vevo. Son rôle : suggérer artistes et chansons en fonction de plusieurs critères parmi lesquels le profil de l’utilisateur et les tendances du moment.

CEO de Spotify, Daniel Ek détaille à TechCrunch la teneur de ses relations avec l’équipe d’Echo Nest. Les premières discussions autour d’un partenariat remontent à 2007. Elles se sont prolongées dans une logique commune de redéfinition de l’expérience utilisateur, “à 360 degrés”. Au-delà des radios personnalisées, des algorithmes de curation et de l’offensive sur mobile, Spotify s’est donné l’objectif de multiplier les passerelles avec les services tiers en s’imposant, à l’instar de Facebook Connect, comme un moyen d’authentification “universel”. Daniel Ek donne l’exemple d’un extrait de chanson tout juste enregistré avec l’outil de reconnaissance musicale Shazam : il serait possible de diffuser l’intégralité du titre directement dans l’application mobile en s’identifiant avec un compte Spotify.

Les équipes d’Echo Nest – une soixantaine de salariés – resteront basées à Somerville. Les premiers effets de l’intégration avec Spotify devraient se faire ressentir “d’ici trois mois”. A noter que l’API demeure, pour l’heure, ouverte aux concurrents, avec lesquels Echo Nest “étudie les possibilités de transition”.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : êtes-vous au point sur la musique en ligne ?

Crédit illustration : Dirk Ercken – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur