Musique : Warner Music souhaite abandonner les sites de streaming

Cloud

Warner Music pourrait ne plus octroyer ses licences d’exploitation aux services gratuits d’écoute de musique en streaming, qui ne génèrent pas de revenus suffisants pour la major américaine.

Warner Music compte tourner le dos aux sites d’écoute de musique en streaming. En effet, le directeur général de la major, Edgar Bronfman, a expliqué à l’antenne de BBC News que Warner Music ne comptait plus proposer son catalogue musical aux services Web diffusant gratuitement des morceaux en continu, le tout financé par la publicité.

Même si certains de ces sites, comme Deezer, Last.fm ou Spotify, proposent à leurs utilisateurs des abonnements “premium” pour quelques euros par mois leur permettant, entre autres, d’écouter des titres de musique, voire d’en télécharger, sans avoir à écouter ou visionner des publicités.

Toutefois, de manière générale, les sites d’écoute de musique en streaming ne représentent pas une source de revenus intéressante pour Warner Music.

“Les services de streaming gratuits ne sont clairement pas une bonne chose pour l’industrie musicale et Warner Music ne leur accordera pas de licence. Ce n’est pas le genre d’approche que nous voulons désormais soutenir”, a précisé Edgar Bronfman.

Il y a quelques jours, la maison de disques avait décidé de mettre fin à son contrat de diffusion avec le site français d’écoute en streaming Jiwa.fr. Le service ne pourra plus diffuser que des extraits de 30 secondes des morceaux issus du catalogue de Warner Music.

Jiwa.fr n’aurait en effet pas payé à Warner Music les royalties que le service de musique s’était engagé à reverser à la major. Jiwa.fr avait en effet promis de payer à la maison de disques un minimum de 100 000 euros pendant 18 mois pour avoir le droit d’exploiter son catalogue sur sa plate-forme.

Pour l’instant,  les autres majors comme EMI, Universal Music et Sony Music n’ont pas encore emboîté le pas à leur consoeur. Mais ce revirement de Warner Music montre que ces maisons de disques craignent que les offres d’écoute gratuite sur le Net découragent les internautes de se tourner vers des offres payantes ou des abonnements, qui génèrent pour elles plus de revenus.

“L’idée consistant en “prenez toute la musique que vous voulez gratuitement, et peut-être qu’avec quelques fonctionnalités optionnelles on arrivera à vous vendre une version premium payantes” n’est pas le genre d’approche que nous voulons mettre en place dans le futur”, s’est justifié le DG de Warner Music, rapporte le quotidien The Guardian.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur