MyThings explore le préciblage publicitaire basée sur la reconnaissance visuelle

CloudMarketingPublicité
mythings-pretargeting-publicite-identification-visuelle

MyThings vient de dévoiler sa nouvelle solution de “pretargeting” (préciblage publicitaire) qui, pour la première fois, est basée sur l’identification visuelle de produits.

MyThings vient de dévoiler une nouvelle solution de “pretargeting” (préciblage publicitaire).

Pour la première fois, elle est basée sur l’identification visuelle de produits.

Selon ses concepteurs, elle est de nature à accroître le taux de clic des annonceurs d’un facteur 5 et à attirer de nouveaux consommateurs.

Première en son genre, la solution MyThings permet, selon Benny Arbel (CEO de la société basée en Israël), d’identifier l’intention explicite d’achat d’un utilisateur en analysant les particularités visuelles de l’image d’un produit vu sur divers sites.

Objectif :  générer une nouvelle audience au sein d’un site marchand, partenaire de myThings.

Dès lors, MyThings est en mesure d’offrir une solution display adaptée à chaque étape du parcours client.

Le pretargeting, au même titre que la recherche payante, est une “méthode d’acquisition intelligente de nouveaux utilisateurs”.

Benny Arbel affirme que les données de sa technologie de reconnaissance visuelle offrent des résultats beaucoup plus puissants que ceux de la recherche par mots-clés, ainsi qu’un impact sans commune mesure.

Grâce à la technologie de reconnaissance visuelle, myThings peut capturer et mesurer l’intention explicite d’achat d’un utilisateur, alors que la recherche par mots-clés représente seulement une intention implicite.

La nouvelle technologie permet d’analyser les paramètres visuels d’un produit (forme, aperçu, couleur et même texture …), en plus des données usuelles telles que la dénomination et le prix.

Suite à cette analyse, les données sont comparées aux flux produits des annonceurs de MyThings, les produits correspondants sont choisis et relayés dans une bannière dynamique, créée à la volée.

Par exemple, si un utilisateur tape le mot-clé “machine à café” dans un moteur de recherches, il peut avoir l’intention d’acheter cette machine, mais peut très bien rechercher son manuel d’utilisation (ce qui suppose qu’il dispose déjà de ladite machine à café). Son intention s’avère implicite et reste donc limitée.

En revanche, si un utilisateur navigue sur la page produit d’une machine spécifique, sur un site de comparaison de prix, et sur un test produit (par exemple d’une imprimante), on peut conclure qu’il souhaite réellement acheter ce produit (ou à minima ce type de produits).

Dans la poursuite de son surf (et alors qu’il n’a pas encore visité le site de l’annonceur client de MyThings), le fournisseur de solutions de publicité comportementale est en mesure de lui adresser  une machine identique (et/ou fortement similaire) à celle qui l’avait intéressée.

Benny Arbel commente: “La technologie de reconnaissance visuelle permet de cibler les utilisateurs en ligne à un moment déterminant de leur décision d’achat et d’attirer de manière significative de nouveaux consommateurs pour nos annonceurs.”

Une période bêta de six mois a montré que le pre-targeting publicitaire à la sauce myThings accroissait donc les taux de clics de façon spectaculaire : jusqu’à 5 fois plus que les campagnes display d’acquisition standard.

“De plus, il génère un taux de conversion post-clic comparable au Search engine marketing”, conclut le CEO de MyThings.

A lire également dans la même édition : Interview : BENNY ARBEL (MYTHINGS) : “LE PRETARGETING PAR RECONNAISSANCE VISUELLE EST VRAIMENT INNOVANT” (18/12/12)

(Credit photo : Shutterstock.com – Copyright : Inq)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur