Nano-SIM : Apple et Nokia repartent bredouilles

Mobilité
puce carte SIM smartphone

Les acteurs des télécoms étaient réunis, ce 29 mars, sous la houlette de l’ETSI, pour décider de l’avenir du format nano-SIM. Leur réunion au sommet a tourné court.

Beaucoup de bruit pour presque rien. Réunis ce 29 mars à Sophia-Antipolis, sous la houlette de l’ETSI (European Telecommunications Standards Institute), les acteurs des télécoms (constructeurs, opérateurs, industriels) ne sont pas parvenus à s’accorder sur le devenir du format nano-SIM.

L’épisode fut pour le moins tempétueux. N’ayant pu aboutir à un quelconque consensus, les parties décisionnelles ont  reporté le verdict “d’au moins un mois“, selon Les Echos.

Pour mémoire, il incombait aux  intéressés de confronter les conceptions respectives d’Apple et du trio Motorola – Nokia – RIM, deux approches radicalement opposées à leur origine, et qui ont fini par converger pour se résumer à une bataille de brevets.

Depuis quelque dix jours, les aspirants se sont renvoyé la balle. D’un côté, Apple, qui s’est assagi à mesure qu’approchait l’échéance de ce jeudi.

La firme de Cupertino prônait initialement une transition radicale vers l’avènement d’un standard propriétaire, sans rétrocompatibilité avec les cartes SIM actuelles.

Aux antipodes, Nokia, qui privilégiait la mise à disposition d’adaptateurs, n’avait pas manqué d’interpeller son vis-à-vis à ce propos.

Le système de verrouillage que souhaite implémenter Apple ne répond pas à cette logique d’optimisation de l’espace occupé dans les smartphones, principe même de la nano-SIM“, avait déclaré un porte-parole du constructeur finlandais.

L’incriminé a pris note de ces accusations pour mieux se repentir et annoncer dans la foulée sa volonté d’adopter un modèle royalty-free si les brevets relatifs au standard nano-SIM venaient à lui être accordés par l’ETSI.

Dans cette éventualité, Apple se serait engagé à concéder les droits d’exploitation de sa technologie selon les termes de la licence FRAND.

Mais il n’en a rien été. Nokia, qui redoutait l’émergence d’un acteur dominant, s’offre un répit, quand bien même sa conception n’a pas sur faire l’unanimité.

 

 

Crédit image : © beermedia – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur