Nathalie Kosciusko-Morizet songe à l’après-Hadopi

Cloud

La sécrétaire d’Etat à l’Economie numérique veut alimenter des réflexions sur les modèles économiques liés aux contenus sur Internet.

“Ma responsabilité, c’est de préparer la suite”

En revanche, Elle s’engage sur le projet de loi Création et Internet (Hadopi). Loin du débat et d’un projet de loi qu’elle juge tardif “par rapport à une pratique déjà installée“, la secrétaire d’Etat semble vouloir se tenir à distance de la polémique et d’un texte discuté “dans le pire des contextes”.

Ma responsabilité, c’est surtout de préparer la suite. La loi n’épuise pas la question du modèle économique de la création sur Internet. Je suis déjà dans l’après-Hadopi”, assure NKM. Elle estime que la problématique des contenus numériques est d’abord une question de financement.

A lire sur Vnunet.fr : Dossier spécial : Loi anti-piratage : avis de tempête

NKM démarre au quart de tour sur Facebook

En tant que Secrétaire d’Etat en charge du développement de l’économie numérique et secrétaire générale adjointe de l’UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet alimente régulièrement sa page sur Facebook. Dès la publication de la lettre qui lui était adressée par les dirigeants de Dailymotion sur le site du Figaro, Nathalie Kosciusko-Morizet n’a pas tardé à faire part de ses griefs à l’encontre de l’auteur de la lettre. La chronologie établie par le site Internet du Pointdémontre que NKM, en verve, qualifie les propos de Martin Rogard comme des “délires hypocrites“. Ce n’est que plus tard que la ministre se serait fendu d’un communiqué de presse en bonne et due forme envoyé à l’AFP.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur