Navigateur : RockMelt veut faire bouger les réseaux sociaux

Cloud

Disponible en version bêta, le nouveau navigateur RockMelt, basé sur le système open source Chromium, fait entrer en symbiose la navigation Web et l’accès en continu à ses réseaux sociaux favoris.

“Les rumeurs sont vraies … à partir d’aujourd’hui, nous vous offrons l’accès à une première version de RockMelt, un nouveau navigateur conçu autour de vous et sur la façon dont vous utilisez le Web”.

Près de 15 mois après l’annonce du projet RockMelt, la société éponyme vient d’ouvrir l’accès à son navigateur de nouvelle génération, comme l’a confirmé l’équipe de développement sur le blog dédié, rapporte Silicon.fr.

Fondé en 2008 par Marc Andreessen, père du défunt Netscape Communicator et créateur du premier navigateur graphique Mosaïc au début des années 90, et développé par ses complices Eric Vishria et Tim Howes, RockMelt intègre les réseaux sociaux (à commencer par Facebook et Twitter) dans son interface, évitant ainsi d’avoir à multiplier les outils indépendants ou les plug-in et autres extensions comme l’excellent Yoono.

“Avec RockMelt nous avons repensé l’expérience utilisateur, car un navigateur peut et doit offrir plus que la simple navigation de pages Web. Aujourd’hui, le navigateur vous connecte à votre monde”, justifie l’éditeur. Ou comment gérer ses différents réseaux et sites favoris depuis une seule interface de navigation.

Concrètement, RockMelt intègre deux barres verticales qui encadrent la fenêtre de navigation principale. La première affiche les contacts de l’utilisateur tandis que celle de droite donne accès aux différentes plates-formes sociales et sites préférés.

Le navigateur entend également alerter en direct son utilisateur des nouvelles notifications et faciliter les mises à jour de ses profils et publications en proposant, par exemple, le partage d’une page sans passer par de fastidieux copier-coller.

RockMelt vise également à simplifier les étapes de recherche en ligne en faisant apparaître les résultats dans une colonne jouxtant la page de navigation, ce qui permet d’éviter les éventuels allers-retours entre la page des résultats et les sites visités.

Bref, RockMelt est un navigateur à l’ergonomie repensée dans le sens des usages actuels qui n’est pas sans faire penser à Flock, un navigateur dérivé de Firefox également orienté réseau sociaux depuis 2005.

Pour l’heure proposée en version bêta pour Windows et Mac OS (“Après deux ans de travail, RockMelt est encore un bébé”, préviennent les développeurs) le nouveau navigateur s’appuie sur Chromium, la version open source de Google Chrome, et sur le moteur de rendu WebKit, notamment exploité par Safari d’Apple.

L’accès à l’application se fait sur invitation… à condition de disposer d’un compte Facebook. Une restriction d’autant plus ennuyeuse que les conditions d’utilisation imposent l’accès par RockMelt aux informations Facebook et notamment à la liste d’amis de l’utilisateur. Une démarche logique pour un outil à caractère de communication sociale, mais qui peut s’avérer rédhibitoire pour certains. Il aurait été bienvenu de conserver la maîtrise de l’accès aux données personnelles.

A l’heure où les questions de droit à l’oubli numérique et de protection des données personnelles s’imposent, en Europe du moins, RockMelt aura intérêt de réfléchir sur la question s’il ne veut pas s’attirer les foudres des instances de protection des citoyens.

Mais aussi donner une image de transparence s’il veut espérer conquérir le marché de la navigation en ligne dominé par Internet Explorer et Firefox avec, comme challenger, Google Chrome.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur