Navx flashé par le radar Google AdWords

CloudEntrepriseStart-up

Google refuse de diffuser les annonces publicitaires de Navx (contenus géolocalisés pour GPS) relatives à des avertisseurs de radar routier. La start-up française saisit l’Autorité de la concurrence.

Navx a Google dans le collimateur. La jeune pousse française, qui développe des solutions de contenus géolocalisés (production, agrégation, distribution) pour GPS et autres terminaux nomades, a déposé une saisine auprès de l’Autorité de la concurrence à l’encontre du groupe Internet.

Motif : Google a rompu le contrat AdWords et refuse de diffuser ses annonces publicitaires sous forme de liens sponsorisés.

Navx considère que le groupe Internet abuse de sa position dominante dans le domaine de la publicité en ligne.

La start-up, qui se sent lésée, a demandé à l’Autorité de la concurrence de prendre des mesures conservatoires (décision d’urgence en attendant de statuer sur le fond).

Navx a demandé à l’Autorité de la concurrence “le prononcé de mesures conservatoires” (mesures d’urgence en attendant une décision sur le fond),

Contacté par l’AFP, Jean Cherbonnier, P-DG de Navx qui était hier au Mobile World Congress de Barcelone, estime que Google fait du zèle par rapport à la législation française.

Google justifie son interdiction de diffuser les annonces de Navx sous prétexte que “la publicité en faveur de détecteurs de radars” via Google AdWords pourrait inciter les conducteurs à commettre des infractions au code de la route ou à éviter la détection de ses infractions.

Le groupe Internet l’a clairement stipulé dans les conditions d’utilisation de son service “e-pub” de prédilection.

Mais Jean Cherbonnier a une vision différente de la présentation des produits et services pour repérer les radars. “La législation française interdit notamment les détecteurs de radars, ces appareils qui brouillent les communications, mais n’interdit pas du tout les avertisseurs de radars.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur