NEC cèderait ses activités d’équipements télécoms

Cloud

Le groupe électronique japonais NEC envisagerait de se recentrer sur la fibre optique, se délestant au passage de ses activités de production de matériels de télécommunications.

Le géant japonais de l’électronique NEC envisagerait de recentrer ses activités sur des secteurs à forte croissance. Le second producteur mondial de mémoires pourrait en effet axer tous ses efforts sur les câbles en fibre optique et sur la téléphonie mobile de troisième génération, avec comme principal mot d’ordre la réduction des coûts de l’entreprise. Aucune décision n’a encore été prise, a assuré NEC, tout en se laissant deux ans pour décider du sort de ses implantations étrangères et cinq ans pour trancher sur ses usines nippones. NEC pourrait alors se séparer de 28 usines à l’étranger d’ici deux ans à l’exception du marché chinois.

Une usine française menacée

La presse financière japonaise souligne que les sites menacés se trouvent notamment au Mexique, aux Philippines, en Australie, mais aussi en France où NEC dispose d’une usine de fabrication d’ordinateurs personnels.

L’autre volet du plan de restructuration de NEC concerne certaines de ses filiales qu’il compte regrouper au sein d’une même structure. Ces filiales au nombre de treize sont spécialisées dans la fabrication d’ordinateurs, d’imprimantes et de téléphones portables. Cette structure prendrait le nom d’EMS pour Electronics Manufacturing Services. Le groupe japonais espère tirer 30 % de ses revenus de cette nouvelle structure d’ici 5 ans.

Pour en savoir plus : NEC


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur